Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : l'aide sociale à l'enfance à l'épreuve du confinement dans la Somme

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Dans la Somme, 1.500 enfants et adolescents vivent placés dans des familles d’accueil ou dans des foyers après une décision de justice. Ils y sont donc confinés en ce moment en raison de la lutte contre le coronavirus. Une situation "explosive" selon certains travailleurs sociaux.

Illustration - 1 500 enfants et adolescents sont suivis par l'Aide sociale à l'Enfance dans la Somme
Illustration - 1 500 enfants et adolescents sont suivis par l'Aide sociale à l'Enfance dans la Somme © Getty - Getty

Le confinement encore plus dur à supporter pour certains. Dans la Somme, le Conseil Départemental indique que 1.500 enfants, adolescents vivent placés, hors de leur famille après une décision de justice. 900 sont hébergés dans des familles d'accueil, 600 dans des foyers et autres structures.

Double enfermement

Au coeur de l'épidémie de coronavirus qui touche la France, la situation peut parfois être compliquée à gérer avec ces jeunes qui "subissent un double enfermement", rappelle Corine Gautier. Elle est directrice des maisons d'enfants à caractère social de la Somme pour la Fondation des Apprentis d'Auteuil. Maisons qui comptent 92 places d'hébergement à Amiens et Abbeville. 

"Etre placé dans un foyer, ça ne se choisit pas", poursuit-elle. "Dans un foyer, là où il y a une vingtaine de jeunes à chaque fois, c'est un peu comme dans une famille. Il va y avoir des moments de tensions et des moments de grandes libérations", raconte Corinne Gautier. "Beaucoup d'entre-eux intègrent la nécessité d'être confinés pour se préserver et pour protéger les autres. Après certains jeunes, comme certains Français ne supportent pas l'enfermement et ont des attitudes tout à fait inciviques." 

Appel à la générosité

Et pour mieux supporter ce confinement, Corinne Gautier lance un appel à la générosité. "Nous avons déjà récolté des jeux et nous avons la chance, à Amiens d'avoir un jardin", précise t-elle. "Mais si nous pouvions récupérer de quoi faire du sport, deux vélos d'appartement par exemple ce serait formidable. Nous souhaiterions aussi récupérer de la peinture pour repeindre les chambres." Vous pouvez contacter le foyer au 03.22.33.27.70.

Des fugues à haut risque

La situation est donc parfois compliquée pour l'Aide Sociale à l'Enfance. Thierry, éducateur depuis quinze ans au centre départemental de l'enfance et de la famille alerte sur le problème des fugues d'adolescents

L'appel de l'extérieur est malheureusement plus fort que le fait de se protéger. On est vraiment confrontés à ce va-et-vient d'enfants qui fuguent, qui se mettent en danger, qui sont susceptibles de rencontrer des gens qui sont porteurs du virus et de le ramener sur les groupes de vie. 

Membre du collectif des travailleurs sociaux, Thierry dénonce un manque de personnel et de moyens matériels pour gérer ces situations. "On essaye de mettre en place des gestes barrières dès qu'ils rentrent mais malheureusement on a pas de masque, pas de gant pour au moins limiter les contacts." Selon lui, il faudrait au moins deux personnes supplémentaires pour chaque site qui accueille des jeunes de l'A.S.E. 

Arielle Dacquet, référente à l'aide sociale à l'enfance et déléguée syndicale CGT

Mais pour le Conseil Départemental de la Somme, qui garantit "un lien permanent avec chaque établissement et la continuité du service public, il y a assez d'agents." La collectivité s'appuie sur les recommandations de la direction générale de la cohésion sociale et indique qu'il faut aussi évaluer la situation "sur la durée. Il faut aussi préserver aujourd'hui pour mobiliser demain et il y a une réserve de travailleurs sociaux au sein du département mais aussi via la réserve citoyenne mise en place pat l'Etat, voire avec les étudiants en travail social."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu