Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'analyse des eaux usées en Moselle confirme une forte présence des variants

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

L'analyse des eaux usées menée par les marins pompiers de Marseille dans 19 stations d'épurations mosellanes confirme une forte circulation des variants du coronavirus. Les prélevements effectués dans les Ehpad et sur les surfaces des écoles n'ont révélé que de très faibles traces de Covid.

La Préfecture de la Moselle fait un point sur la situations sanitaire et les résultats des analyses menées par les pompiers de Marseille dans les eaux usées
La Préfecture de la Moselle fait un point sur la situations sanitaire et les résultats des analyses menées par les pompiers de Marseille dans les eaux usées © Radio France - Natacha Kadur

L'analyse des eaux usées menée dans 19 stations d'épuration du département a confirmé une stagnation de l'épidémie mais aussi la forte circulation des variants dans le département. Les prélèvements réalisés en parallèle dans 29 Ehpad et 35 écoles n'ont révélé que de très faibles traces de Covid. Une équipe de marins pompiers de Marseille étaient arrivés dimanche en Moselle pour effectuer ces analyses. 

45% de variants sud-africains

Les marions pompiers de Marseille ont effectué deux séries de prélèvement, lundi et jeudi, dans 19 stations d'épuration du département, afin de mesurer la progression de l'épidémie. Ces analyses révèlent que les niveaux de circulation du virus stagnent. Par contre, elles confirment la très forte proportion de variants qui circulent en Moselle : "près de 45% de variants sud-africains et 21% de variants britanniques", indique Olivier Delcayrou, sous-préfet de Metz et secrétaire général de la Préfecture de la Moselle.

Aucun cas positif dans les Ehpad et écoles prélevés

Les pompiers ont également effectué des prélèvements en Ehpad et dans plusieurs établissements scolaires, tous principalement situés sur l'axe Metz-Thionville. Ils ont sélectionné 29 Ehpad qui n'avaient pas été touchés par le Covid dans les trois dernières semaines, ceci afin d'anticiper d'éventuelles contaminations pas encore détectées. Dans ces structures, seul l'un d'entre eux a révélé des traces de Covid. Tous les personnels ont ensuite effectué des tests de dépistage qui se sont révélés négatifs : "On ne sait pas si c'est un effet de la vaccination, déjà bien avancée dans nos Ehpad, mais cela indique en revanche que les personnels font tout pour contenir la contamination et que les gestes barrières sont strictement respectés", explique Olivier Delcayrou.  

Dans les établissements scolaires, les pompiers ont procédé à des analyses sur les surfaces. Sur 35 écoles testées, seules deux écoles ont révélé des traces de Covid. L'ensemble des personnels, également testés, étaient négatifs au Covid. Un premier bilan plutôt encourageant, bien que le procédé reste expérimental, rappelle le sous-préfet de Metz. Ces résultats viennent appuyer la déclaration faite jeudi par Olivier Véran, le ministre de la Santé, selon laquelle "un fort taux de variants ne s'accompagne pas toujours, où en tout cas pas au début, d'une augmentation du nombre des contaminations". 

Poursuite des prélèvements

Les pompiers de la Moselle seront amenés à intervenir, selon les besoins, pour faire ces prélèvements dans différentes structures. Quant aux eaux usées, ils envisagent d'y prélever des échantillons chaque semaine, pour dégager une tendance sur la circulation du virus qui servira d'outil à la prise de décision. 

À terme, l'objectif est de développer des partenariats avec des laboratoires locaux qui pourront analyser ces échantillons, explique le colonel François Vallier, qui dirige le Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS) de la Moselle. Pour cette première expérience, ils avaient été envoyés par avion dans un laboratoire marseillais pour analyse. 

Accélération de la vaccination 

L'autre réponse apportée pour lutter contre la progression de l'épidémie consiste à renforcer la capacité de vaccination, augmentée de 30% depuis la semaine dernière selon le secrétaire général de la Préfecture. Sur les 30.000 doses de vaccins promises à la Moselle depuis la visite d'Olivier Véran, 17.500 sont arrivées dans le département. 

Cinq nouveaux centres de vaccination vont ouvrir, portant leur nombre total à 15 dans le département. Deux sites sont ouverts dans les hôpitaux de Belle-Isle et Legouest à Metz. Un troisième est prévu d'ouvrir à Freyming Merlebach ce samedi. Enfin, deux autres doivent ouvrir très prochainement à Thionville et Montigny-lès-Metz. À ce jour, près de 40.000 mosellans ont reçu une première injection du vaccin, 11.000 personnes les deux injections. La capacité de dépistage dans le département a par ailleurs dépassé les 50.000 tests par semaine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess