Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : l'ARS justifie la reprise du travail des salariés de l'hôpital du Creusot de retour d'Italie

-
Par , France Bleu Bourgogne
Le Creusot, France

L'agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté est revenue, vendredi 28 février, sur le cas d'une vingtaine de salariés de l'hôpital du Creusot (Saône-et-Loire) qui sont allés en Italie du Nord et sont autorités à reprendre le travail avant la fin de la période de 14 jours.

Les locaux de l'agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté, le vendredi 28 février 2020 à Dijon
Les locaux de l'agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté, le vendredi 28 février 2020 à Dijon © Radio France - Clémentine Vergnaud

"Ils peuvent revenir à condition de porter en permanence un masque de protection" : le directeur général de l'agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté, Pierre Pribile, s'est expliqué vendredi 28 février sur le cas des salariés de l'hôpital du Creusot (Saône-et-Loire) de retour d'Italie, en marge d'une conférence de presse concernant les quatre patients identifiés comme malades du coronavirus à Dijon.

Comme vous l'expliquait France Bleu Bourgogne jeudi, une vingtaine de salariés de l'hôpital du Creusot ont voyagé en Italie du Nord, pour le carnaval de Venise, du 22 au 24 février. A leur retour, on leur a initialement demandé de rester chez eux pendant 14 jours, comme le veulent les précautions en cas de retour d'une zone à risque. Jeudi, soit trois jours seulement après leur retour, on leur a finalement dit qu'ils pouvaient retourner travailler. "On s'interroge", nous a alors expliqué l'une des salariés concernés. "On va aller travailler mais en espérant qu'il n'arrive rien."

"Évolution des consignes"

Selon l'ARS, "ils peuvent revenir à condition de porter en permanence un masque de protection". Cette autorisation à reprendre le travail est une mesure "qui fait partie de l'évolution des consignes", a souligné Pierre Pribile. Ces hospitaliers seront donc amenés à côtoyer des personnes vulnérables, sans savoir si eux-mêmes sont infectés.

Et ce alors que les personnes qui reviennent d'une zone à risque et ne présentent pas de symptôme sont invitées "à éviter absolument les contacts avec les personnes fragiles", a précisé le directeur général de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté, complétant son propos : "On ne va pas voir sa famille en Ehpad, on ne rend pas visite à un proche hospitalisé." De plus, on demande à ces personnes "dans la mesure du possible d'éviter de se rendre au travail".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu