Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : l'hôpital de Bourges prêt à affronter Covid 19

-
Par , France Bleu Berry

Sept cas de coronavirus en Région Centre Val de Loire, mais aucun pour le moment en Berry. Cela n'empêche pas les hôpitaux de Bourges et Châteauroux de se préparer à prendre en charge des malades.

Des chambres équipées de sas, pourront accueillir les patients victimes du coronavirus si le besoin s'en fait sentir à l'hôpital de Bourges
Des chambres équipées de sas, pourront accueillir les patients victimes du coronavirus si le besoin s'en fait sentir à l'hôpital de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Pour l'instant, ce sont les hôpitaux de Tours et d'Orléans qui sont habilités, mais si l'épidémie s'accélérait, et que l'un ou l'autre de ces deux hôpitaux étaient saturés, les centres hospitaliers de deuxième ligne pourraient aussi accueillir des patients. A Bourges, tout est prêt. Première étape : l'un des deux boxes d'isolement, dans les urgences. 

Un box d'isolement à l'hôpital de Bourges.
Un box d'isolement à l'hôpital de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

Ces boxes sont réservés toute l'année aux malades présentant les infections les plus contagieuses : " Si le patient est valide, il va venir par ses propres moyens. A l'accueil des urgences, on lui aura mis un masque chirurgical, on l'aura invité à se nettoyer les mains avec un gel hydroalcoolique, précise Bénédicte Labbens, médecin urgentiste. Dans ce box, le patient se changera et revêtira des habits à usage unique. Tout un protocole de protection est prévu pour les personnels soignants : masque, lunette, blouse, charlotte et gants." 

Le docteur Bénédicte Labbens, médecin urgentiste à l'hôpital de Bourges
Le docteur Bénédicte Labbens, médecin urgentiste à l'hôpital de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Le patient restera au maximum 24 heures dans ce box d'isolement, le temps d'avoir le résultat du test de dépistage, effectué à Orléans. 

Le personnel soignant doit revêtir toute une panoplie de protection pour pénétrer dans le boxe d'isolement.
Le personnel soignant doit revêtir toute une panoplie de protection pour pénétrer dans le boxe d'isolement. © Radio France - Michel Benoit

S'il est positif, le malade sera alors transféré dans le service de médecine interne et plus précisément dans le secteur réservé aux maladies infectieuses : " Il y a quatre chambres avec des sas pour accueillir de façon optimale les patients de type Covid, indique le docteur Yves Guimard, infectiologue au centre hospitalier Jacques Coeur. Ces chambres sont habituellement réservées aux patients porteurs de bactéries résistantes. L'intérêt, c'est à la fois de protéger les soignants puisqu'ils peuvent mettre les protections, une fois entrés dans ce sas équipé de lavabo et de produits de nettoyage, mais aussi d'éviter la dissémination du virus." 

Les docteurs Lehiani, médecin hygiéniste et Guimard, infectiologue, au centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges.
Les docteurs Lehiani, médecin hygiéniste et Guimard, infectiologue, au centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

Et si l'épidémie se développait, les vingt-deux autres lits de médecine interne pourraient être réquisitionnés mais eux ne disposent pas de sas. Des moyens qui ne sont pas encore activés, car le Covid ne nécessite une hospitalisation que dans les cas de patients généralement âgés ou diminués : " Environ 80 % des gens développe une forme peu importante de la maladie, _explique le docteur Guimard. Une hospitalisation n'est nécessaire que dans environ 20 % des cas, et parmi ces 20 %, seuls 5 % environ exigent des moyens de ventilation mécanique, en service de réanimation."  _Pas de quoi paniquer. Le taux de létalité est d'environ 2 à 3 % avec Covid 19 (il était de près de 35 % avec le SRAS). C'est néanmoins supérieur au taux de létalité de la grippe saisonnière, inférieur à 1 % : "En cas de symptômes, n'allez surtout pas voir votre médecin, rappelle Bénédicte Soilly-Loiseau, directrice adjointe de l'hôpital Jacques Coeur de Bourges. Appelez le 15, chargé de la régulation des malades. En cas de doute ou pour toute information sur le covid 19, l'état a mis en place un numéro vert gratuit : 0800 130 000.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess