Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : l'hôpital de Montélimar saturé, Valence sous tension

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

La Drôme est le premier département de la région Auvergne-Rhône-Alpes à manquer de places en réanimation. L'hôpital de Montélimar a commencé ce mardi à transférer des patients au CHU de Nîmes. A Valence, il ne restait que trois lits vides en réanimation ce mardi soir.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Radio France - Jérôme Jadot

Ce qui inquiétait les médecins est en train de se produire dans la Drôme : le nombre de cas graves de Covid-19 explose. 214 personnes sont hospitalisées ce mardi soir, selon l'Agence Régionale de Santé (ARS). A l'hôpital de Valence, on comptabilise 24 hospitalisations supplémentaires en 24 heure entre lundi 30 et mardi 31 mars. "Il ne reste que trois lits de réanimation disponibles à l'heure où nous parlons, indiquait ce mardi après-midi Patrick Méchain, directeur adjoint de l'hôpital de Valence. 

L'hôpital a poussé ses murs au maximum pour augmenter les capacités d'accueil, passant de 14 à 21 lits de réanimation. Ce qui explique en partie ce chiffre : la capacité d'accueil en service de réanimation atteint 254% dans la Drôme, au 30 mars, comme le montre la carte ci-dessous réalisée par les géographes d'Esri France avec les données de Santé publique France. Ce pourcentage signifie que dans la Drôme les hôpitaux ont tous dû augmenter significativement le nombre de lits pour faire face à la crise. 

Sur cette carte, la Drôme apparaît comme l'un des départements qui a le plus augmenté ses capacités en service de réanimation.
Sur cette carte, la Drôme apparaît comme l'un des départements qui a le plus augmenté ses capacités en service de réanimation. - ESRI France

Malgré la multiplication des lits, la situation se tend dans la Drôme. 39 personnes contaminées au Covid-19 sont mortes dans les hôpitaux selon l'ARS, dont 19 à Valence. Les soignants font également face à une augmentation de cas graves chez des personnes assez jeunes. Selon les chiffres de Santé publique France, 33,7% des hospitalisés dans la Drôme - au 30 mars - ont entre 45 et 64 ans, comme le montre le graphique ci-dessous, disponible aussi ici. Ces patients peuvent être hospitalisés pendant plusieurs semaines. 

Hospitalisations ramenées à 100 000 personnes par tranche d'âges dans la Drôme.
Hospitalisations ramenées à 100 000 personnes par tranche d'âges dans la Drôme. - Esri France

Transférer les patients 

A l'hôpital de Montélimar, deux patients ont été transférés au CHU de Nîmes ce mardi. L'hôpital dispose de 20 places en service de réanimation et "il est arrivé à saturation, avec 19 patients hospitalisés", rapporte le directeur du centre hospitalier de Montélimar, Michel Cohen. Ce transfert permet de conserver trois places libres au sein du service, mais pour combien de temps ? Dans les autres unités Covid (service des maladies infectieuses, service de soin continu, unité de médecine), 61 lits sont occupés sur 67. "La clinique privée Kennedy va ouvrir 29 lits pour des patients souffrant de forme légère de Covid-19 afin de soulager l'hôpital", indique Michel Cohen.

Faute de place, les transferts vont devenir d'ici quelques jours l'unique solution dans la Drôme pour soigner les malades. A Valence, lorsque les derniers lits de réanimation seront occupés, la direction prévoit d'envoyer les malades vers Grenoble ou Clermont-Ferrand. Impossible de savoir quand ces transferts commenceront. "Nous avons en moyenne trois entrées en service de réanimation par jour, mais des patients sortent également de ce service de manière quotidienne", précise Patrick Méchain, directeur adjoint de l'hôpital de Valence. 

Toujours plus de soignants contaminés

De l'aveux de plusieurs soignants valentinois, l'angoisse monte. D'autant qu'ils sont de plus en plus nombreux à contracter le virus. Au sein du personnel de l'hôpital, une cinquantaine de personnes sont contaminées (sur 2700). La direction s'est inscrite sur la plateforme dédiée à la réserve sanitaire, pour pouvoir faire appel à des soignants extérieurs si le personnel vient à manquer en interne, "mais ce n'est pas le cas pour le moment", précise Patrick Méchain. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu