Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : l'hôpital de Niort se prépare au pic

-
Par , France Bleu Poitou

L'hôpital de Niort dans les Deux-Sèvres continue de se réorganiser pour faire face à une arrivée plus importante de patients atteints du coronavirus.

L'hôpital de Niort réorganise ses services
L'hôpital de Niort réorganise ses services © Radio France - Noémie Guillotin

Respectez le confinement ! Message du docteur Simon Sunder, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de Niort. L'établissement continue de se préparer à l'arrivée plus importante de malades du covid-19. "On s'attend à un pic la semaine prochaine mais on ne sait pas trop", déclare Bruno Faulconnier, directeur de l'hôpital de Niort. Niort qui accueille ce mercredi 25 mars une personne en réanimation, huit autres qui ont besoin d’une hospitalisation et neuf personnes qui sont en attente de résultats. 

On a de l'avance par rapport à l'arrivée de patients

Les services ont été réorganisés pour faire monter à 18 lits la capacité en réanimation pour des cas de coronavirus. Des unités ont fermé comme l'accueil de jour en psychiatrie et en pédo-psy. Deux unités covid-19 existent, "nous réfléchissons à la mise en place d'une troisième", précise le directeur. Des contacts ont été pris avec le CHNDS et la clinique Inkermann en cas de besoin de plus de lits en réanimation. "On a de l'avance par rapport à l'arrivée de patients", poursuit-il.

Une équipe mobile de prélèvement a également été mise en place pour réaliser des prélèvements à l'extérieur, dans des établissements médico-sociaux.

Le 15 renforcé

Au niveau de la régulation du Samu, l'équipe a été étoffée avec deux médecins supplémentaires. "De 300 dossiers en temps normal, on est passés à 800-900", précise le docteur Farnan Faranpour, responsable du pôle urgences-Samu-Smur-réanimation. Il rappelle qu'"avant d'aller aux urgences, il faut appeler le 15".

L'hôpital de Niort va probablement participer à une étude sur la chloroquine

L’hôpital de Niort se prépare aussi à participer à une étude sur l'hydroxychloroquine, [dérivé de la chloroquine, un antipaludéen] défendue par un médecin marseillais, le professeur Didier Raoult, mais dont l'utilisation divise. Il s'agirait d'une étude sur 1300 patients de 28 centres. "Il faut du monde pour montrer que ça marche ou que ça ne marche pas", précise le Dr Simon Sunder.

Pour l'instant, "on n'a aucune preuve de l'efficacité de l'hydroxychloroquine en clinique sur des patients atteints de covid", précise le chef du services des maladies infectieuses. A Niort, "on évalue la situation de chaque patient hospitalisé au cas par cas. Il y a l'hydroxychloroquine mais il y a également d'autres traitements qui sont présumés efficaces mais sans qu'on en ait la preuve", poursuit le médecin. "Ce qui est sur c'est ce que s'ils sont indiqués, c'est pour les cas les plus graves et les personnes hospitalisées".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu