Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'hôpital de Pau prêt à "monter en charge"

-
Par , France Bleu Béarn

Le centre hospitalier de Pau, pour répondre à l'épidémie du coronavirus Covid-19, augmente ses capacités d'accueil, notamment en réanimation. Les médecins qui ne travaillent pas restent mobilisables à tout moment.

Un test de dépistage du COVID-19 réalisé à l'hôpital de Pau.
Un test de dépistage du COVID-19 réalisé à l'hôpital de Pau. © Maxppp - Quentin Top

"D'un point de vue épidémiologique, en Béarn nous sommes toujours au stade 2", explique le docteur Gilles Dumondin, infectiologue à l'hôpital de Pau. Néanmoins, le centre hospitalier se prépare à faire face à un afflux de patients touchés par le coronavirus dans les jours et les semaines qui viennent. Depuis le début de l'épidémie, 24 personnes ont été testées positives en Béarn, trois sont toujours hospitalisées et un homme de 66 ans est mort ce jeudi, le premier dans les Pyrénées-Atlantiques. Une trentaine de dépistage quotidien est réalisé à Pau, au laboratoire BioPyrénées ou à l'hôpital.

Création de lits en réanimation

L'hôpital de Pau interdit désormais les visites pour éviter toute contagion au sein de l'établissement, et – hors traitement du Covid-19, seuls les actes urgents ou impossibles à différer sont maintenus. Surtout, une filière spécifique au traitement du coronavirus a été mise en place : elle se matérialise tout d'abord par une tente devant l'entrée de l'hôpital pour aiguiller les patients.

À l'intérieur de l'établissement, 25 lits sont disponible depuis quelques jours en réanimation contre 20 habituellement. "Nous sommes prêts à monter en charge jusqu'à 31 lits en utilisant la salle de réveil du bloc opératoire, et même 37 en comptant l'hôpital d'Oloron" détaille le docteur Antoine Romen. De même, concernant la surveillance continue et les soins intensifs, six lits ont été ouverts à la Polyclinique de Navarre, en relation avec l'hôpital de Pau, "ils pourront là aussi monter à 12 ou 18 lits" ajoute le docteur Romen.

De nouveaux masques reçus

L'hôpital de Pau s'organise aussi concernant son matériel, et notamment les masques : "On rencontre la même problématique que les autres actuellement, concède Jean-François Vinet, le directeur, on a un stock qui permet de tenir une semaine à dix jours". Les livraisons se font au compte goutte et sans visibilité, l'hôpital refuse pour le moment de dévoiler le nombre de masques chirurgicaux qu'il a reçu dernièrement avant qu'ils soient répartis entre les différents établissements de soin. En revanche, Jean-François Vinet dément catégoriquement les rumeurs de vols de masques au sein de l'hôpital.

L'hôpital reste aussi bien sûr en lien avec les maisons de retraite, une infirmière spécifique passe dans les EHPAD pour former le personnel. "À partir du moment où deux cas sont soupçonnés dans un EHPAD, il passe au stade « Covid+ » et de nouvelles mesures particulières sont déployées" explique également Valérie Revel, président de la communauté médicale d'établissement de l'hôpital de Pau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess