Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 2020-2021 : 12 mois avec le coronavirus qui ont changé nos vies

Coronavirus : l'innovation d'une start-up du Puy-en-Velay pour décontaminer l'air

Une petite entreprise du Puy-en-Velay a mis au point un système permettant de décontaminer l'air d'une pièce en utilisant les UV-C sans danger pour les personnes présentes. Une innovation développée en partenariat avec le centre hospitalier Émile Roux et l'entreprise de Saint-Genest-Lerpt, Cellux.

Une salle d'attente de l'hôpital Émile Roux : les deux dispositifs de décontamination de l'air se trouvent entre le plafond et les portes.
Une salle d'attente de l'hôpital Émile Roux : les deux dispositifs de décontamination de l'air se trouvent entre le plafond et les portes. - On-Light Consulting SAS

Tout a commencé il y a un an quand la France, comme tous les autres pays touchés, se figeait pour se protéger du coronavirus. Au front, les soignants manquaient notamment de surblouses. À l'image de nombreuses entreprises mobilisées, une start-up du Puy-en-Velay s'est alors rapprochée du centre hospitalier ponot. 

On-Light, spécialisée dans la lumière des infrarouges aux ultraviolets, a d'abord proposé des cabines permettant de désinfecter les tenues des soignants avec des UV-C en trois secondes. Si les UV-A permettent de  bronzer et les B de synthétiser la vitamine D, les UV-C sont eux connus pour leur effet germicide. L'étape d'après c'était de trouver comment décontaminer l'air d'une pièce avec ces mêmes rayons sans danger pour les personnes présentes. L'équipe de recherche clinique de l'hôpital Émile Roux a ainsi travaillé avec la start-up, composée d'un docteur en chimie et d'un ingénieur. Le duo est déjà l'auteur de quatre brevets internationaux. 

Une nappe d'UV-C pour inactiver les virus présents

Des dizaines de prototypes plus tard et autant d'aller-retours entre le Puy et Saint-Genest-Lerpt chez le fabricant Cellux, On light a mis au point un système optique permettant de contrôler le faisceau qui sort d'une sorte de caisson ressemblant à une grille aération. Le brevet est en train d'être déposé. 

Ce dispositif s'installe sous le plafond à plus de 2,5 mètres de haut. "Ça crée une nappe d'UV-C dans le haut de la pièce, donc loin des personnes, des animaux et des plantes. Ça permet d'inactiver l'intégralité des virus présents. On vient aussi tuer les agents pathogènes", explique Fateh Singh, le président de On-Light.  Le système est aussi efficace contre la grippe, la tuberculose ou encore la rougeole. Dans les pièces plus basses, un autre système aspire l'air et le traite avec les mêmes UV-C. 

Premier équipé du fait du partenariat : le centre hospitalier du Puy-en-Velay qui en a installé une dizaine dans les salles d'attente du plateau de consultations, aux urgences et dans des salles difficiles à aérer. 

Dans les cinémas ? 

La commercialisation a débuté en janvier. On-Light en a déjà fourni une petite centaine dans des Ehpads de Haute-Loire ou encore des cabinets médicaux. Des dentistes sont en train d'en commander. 

On Light espère voir son innovation dans les salles de cinéma et de spectacles. Les deux fondateurs de la start-up en ont parlé avec une des sous-préfètes en début de semaine, lui demandant de faire passer l'information à la ministre de la Culture !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess