Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : l'inquiétude grandit dans les Ehpad des Pyrénées-Orientales

Par

Si, à ce jour, aucun cas de coronavirus n'a été diagnostiqué dans les Ehpad des Pyrénées-Orientales, les soignants eux redoutent "une hécatombe". Les familles, elles, angoissent et tentent de maintenir le lien avec leurs proches.

Les Ehpad des Pyrénées-Orientales sous haute surveillance / Illustration Les Ehpad des Pyrénées-Orientales sous haute surveillance / Illustration
Les Ehpad des Pyrénées-Orientales sous haute surveillance / Illustration © Maxppp - Frantz Bouton

Si le coronavirus fait des ravages dans certains établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, si des salariés d'un Ehpad de Charente ont choisi pour protéger leurs résidents de se confiner avec eux, la situation est-à ce jour- différente dans les Pyrénées-Orientales. Aucun cas n'a été diagnostiqué dans les Ehpad du département. "Malgré tout, on se prépare. On le voit à Mauguio dans l'Hérault, le loup peut entrer dans la bergerie..__.Ça peut être très grave" explique un salarié d'un Ehpad près de Perpignan. 

Publicité
Logo France Bleu

Sauf que, si depuis lundi et les livraisons de l'ARS, certains établissements disposent d'assez de gants ou de masques (St Laurent de la Salanque, Céret, Banyuls sur mer, St Laurent de Cerdans), d'autres en revanche manquent toujours de matériel (Salses et Arles sur Tech, selon les témoignages que nous avons recueillis). Selon nos informations, à Arles sur Tech, six salariées sont en arrêt maladie, deux autres auraient menacé d'exercer leur droit de retrait face à l'absence de gants. La direction, elle, dément et assure disposer du matériel nécessaire.

Confinement dans les chambres, plus de repas en commun

En conséquence, les mesures de protection ne cessent de se durcir. Déjà privés de visites et d'animations depuis plus de deux semaines, la plupart des établissements imposent désormais aux résidents un confinement dans leurs chambres. "Les repas aussi sont servis dans les chambres, la plupart des résidents comprennent la situation" raconte Vincent Raspaut, délégué Force Ouvrière à Millas. "Ils nous disent que ça leur rappelle la guerre. Certains ont vraiment peur, explique Céline Gaspard, employée de l'Ehpad de Pézilla-la-Rivière. "On essaie malgré tout d'assurer chaque jour une promenade individuelle à chacun dans le jardin", nuance Béatrice Vilaplana, directrice de l'Ehpad de Vinça.

Pour rassurer les familles des résidents, de nombreux établissements ont aussi créé des groupes facebook où des photos sont régulièrement diffusées. Des séances Skype sur tablette sont aussi mises en place dans plusieurs Ehpad. "Malgré tout, c'est très dur de ne pas la voir et de ne pas pouvoir l'embrasser et la serrer dans mes bras"explique Alexis Ricard dont la grand-mère de 98 ans vit à dans l'Ehpad de Vinça. "J'avais l'habitude de venir la voir tous les deux jours. Hier j'ai eu énormément de chance de la voir à travers la vitre du sas d'entrée. Ça m'a fait énormément de bien de la voir en bonne santé mais elle, elle a dû mal à comprendre même si elle me dit qu'elle en a vu d'autres. Si je suis inquiet ? Oui forcément mais en même temps, je sais que les salariés de l'Ehpad sont sérieux et attentifs à toutes les questions d'hygiène."

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu