Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'Union européenne mise sur les vaccins Pfizer/BioNTech et s'éloigne d'AstraZeneca

-
Par , France Bleu

L'Union européenne n'a pour l'instant pas renouvelé son contrat de fourniture de vaccins Covid-19 avec AstraZeneca pour après le mois de juin, a indiqué ce dimanche 9 mai le commissaire européen Thierry Breton. Elle a, en revanche, passé un nouveau contrat avec Pfizer/BioNTech.

Une boîte contenant des flacons de vaccin AstraZeneca au centre de vaccination des Halles de Tours (Indre-et-Loire). 24 avril 2021.
Une boîte contenant des flacons de vaccin AstraZeneca au centre de vaccination des Halles de Tours (Indre-et-Loire). 24 avril 2021. © Radio France - Mathieu Message

Pfizer/BioNTech plutôt qu'AstraZeneca. C'est le choix vers lequel se dirige l'Union européenne. Alors que la Commission européenne a annoncé samedi un nouveau contrat pour acheter jusqu'à 1,8 milliard de doses de vaccins anti-Covid à PfizerBioNTech, le commissaire européen Thierry Breton annonce ce dimanche que l'UE n'a pas renouvelé, pour l'instant son contrat avec AstraZeneca pour après le mois de juin.

"Nous n'avons pas renouvelé le contrat après le mois de juin. On verra, on regarde ce qu'il se passe", a-t-il déclaré sur France Inter et franceinfo. "AstraZeneca est un vaccin très intéressant. Il a été découvert par des chercheurs de Oxford. Il est très bon. Il a surtout l'intérêt de pouvoir être utilisé dans des conditions logistiques et de température plus simple", a commenté Thierry Breton. Le commissaire européen assure que l'Europe ne ferme pas la porte à l'AstraZeneca. Mais ce vaccin trouve plus difficilement preneurs en France, en raison des craintes sur ses effets secondaires, à tel point que l'objectif du gouvernement de 30 millions de primo-vaccinés mi-juin est menacé. Il a, de plus, connu de nombreux retards de livraison.

L'UE mise davantage sur les vaccins à ARN messager

L'UE mise sur les vaccins dits à ARN messager, ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna, une technologie innovante jugée plus efficace contre les variants dits "sud-africain" et "brésilien". Le contrat de 1,8 milliard de doses avec Pfizer prévoit des livraisons dès cette année et jusqu'en 2023. Ces nouvelles doses permettront notamment de protéger la population contre les nouveaux variants du coronavirus mais aussi de vacciner les enfants et adolescents.

Concernant la rumeur de la hausse des prix des vaccins Pfizer/BioNTech, Thierry Breton reconnaît que l'Europe devrait normalement payer un peu plus cher les doses mais balaie l'idée que les laboratoires jouent la surenchère. Une hausse qui se justifie pour le commissaire européen par l'évolution du vaccin : "ce vaccin de deuxième génération va être pratiquement un deux en un. Cela veut dire que l'on ne va plus avoir deux doses. Donc il y a un peu de recherche et aussi d'adaptation de l'outil industriel".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess