Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'Yonne passe en zone d'alerte

-
Par , , France Bleu Auxerre

Face à la progression du Coronavirus, l'Yonne rejoint les départements placés "en alerte" pour cause de "circulation intense" du virus de la Covid-19. Ce classement en "zone rouge" était pressenti depuis plusieurs jours. Il devrait s'accompagner, d'ici 48 heures, de mesures restrictives.

photo d'illustration
photo d'illustration © Maxppp - David Thierry

On s'y attendait, c'est désormais officiel : l'Yonne fait partie des départements classés en rouge sur la carte de la propagation du Coronavirus. Depuis la fin de la semaine dernière, le seuil d'alerte de 50 cas pour 100 000 habitants était atteint. Cette semaine, il est de 62 pour 100 000.  Le taux de positivité atteint lui 7%.

Suite à la dégradation de ces indicateurs, le département de l'Yonne a donc été placé en "alerte", le premier des 4 niveaux mis en place pour faire face a l'épidémie (alerte, alerte renforcée, alerte maximale, urgence sanitaire). Cela ne changera rien dans l'immédiat à notre vie quotidienne, mais cela va donner des pouvoirs renforcés au préfet. 

48 heures pour prendre des mesures

Il va désormais pouvoir prendre toutes les mesures qu'il juge nécessaires pour lutter contre la propagation du virus : limiter les déplacements, fermer partiellement ou complètement les établissements recevant du public comme des salles de spectacles, des centres commerciaux ou des gymnases, fermer des parc ou des jardins très fréquentés ou limiter les rassemblements festifs et familiaux à 30 personnes. 

Dans le même ordre d'idée, les marchés (couverts ou non) pourront être interdits, tout comme d'autres formes de rassemblements. Mais avant de prendre ce genre de décisions, le représentant de l'Etat dans le gouvernement dispose de 48 heures pour consulter les maires des communes concernées et les représentants de l'Agence régionale de santé (ARS) afin d'évaluer les mesures qui se révéleront les plus adaptées aux spécificités du département et à la circulation du virus.

Des indicateurs qui se dégradent

Ce qui a poussé les autorités à placer l'Yonne dans cette zone "rouge"', c'est que la circulation du virus s'est nettement accrue ces dernières semaines ; "On a un taux d'incidence à l'échelle du département qui est de 62 pour 100 000 habitants, explique la déléguée de l'agence régionale de santé dans l'Yonne, Eve Robert. Ce taux, qui calcule le nombre de personnes positives par rapport à la population générale, reste dans la moyenne régionale mais ce qui nous inquiète c'est qu'il a connu une évolution très forte au cours des dernières semaines. Pour mémoire, il y a quelques semaines, on était encore à 20 pour 100 000 habitants".

"Le deuxième indicateur qui permet de juger de la circulation du virus, c'est la positivité des tests. Là, on est à 7% de tests positifs dans l'Yonne, ces derniers jours. On était à 2% à peine il y a quelques semaines. On observe une remontée du nombre d'hospitalisations, une remontée du nombre d'hospitalisation en réanimation à l'échelle de la région. On estime qu'il va être nécessaire de renforcer très probablement les mesures de précautions dans les jours et dans les semaines à venir pour éviter de ce retrouver dans la situation du printemps dernier où on était inquiet de la capacité de nos hôpitaux à faire face", conclut Eve Robert.

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess