Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : la "brigade Covid" de Loire-Atlantique se mobilise pour retrouver les cas contacts

-
Par , France Bleu Loire Océan

Alors que les hospitalisations pour Covid-19 augmentent régulièrement en Loire-Atlantique, les membres de la "brigade Covid" de la CPAM se mobilisent pour retrouver les cas contacts des patients positifs.

Robin est chargé de prévenir les cas contacts afin de leur indiquer les démarches à effectuer
Robin est chargé de prévenir les cas contacts afin de leur indiquer les démarches à effectuer © Radio France - Boris Loumagne

Les hospitalisations pour Covid-19 "augmentent régulièrement", disait lundi 19 octobre sur France Bleu Loire-Océan le Pr François Raffi, chef du service maladies infectieuses au CHU de Nantes. Le virus est donc toujours actif. D'où la nécessité de tester, de soigner, mais aussi de tracer. En clair, il s'agit de remonter les chaînes d'infection. Cela s'appelle le contact tracing. C'est le travail des "brigades Covid". 

Ces brigades mènent des enquêtes téléphoniques 7 jour sur 7 auprès des patients positifs pour identifier les contacts proches des malades et les prévenir. A Nantes, une centaine de personnes travaillent dans cette brigade à la Caisse primaire d'Assurance Maladie (CPAM). Robin est "traceur" depuis près de trois semaines. Il peut passer une vingtaine de coups de téléphone par jour pour remonter les cas contacts. Et parfois, cela s'avère difficile : "L'autre jour, j'ai eu un monsieur qui avait fait deux fêtes de 30 personnes dans le week-end. Et là c'est délicat de se souvenir qui était à ces soirées et c'est également difficile de retrouver les coordonnées de tout le monde." Le but des "brigades Covid" est donc de prévenir les cas contacts et de leur donner la marche à suivre : isolement, tests, démarche pour les arrêts de travail, etc. 

Symbole de la reprise épidémique : la brigade Covid de la CPAM de Nantes appelle chaque jour 2000 cas positifs ou cas contacts en ce moment, contre moins de 600 au début du mois d'octobre. Pour Thomas Bouvier, sous directeur de la CPAM de la Loire-Atlantique, en charge du traçage des patients covid, le maître-mot c'est la réactivité pour éviter que l'épidémie se propage : "On doit contacter les patients positifs dans les 4 heures suivant la connaissance par l'Assurance maladie de ce cas positif. Pour les cas contacts, ce doit être dans les 24 heures. En ce moment, on a une accélération très forte des patients positifs et des cas contacts depuis début octobre. Il y avait entre 500 et 600 cas positifs au début du mois, aujourd'hui on est proche des 2000 par jour dans le département. Et cette courbe augmente plus rapidement que l'augmentation du nombre de tests. Cela veut donc dire que le virus circule plus rapidement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess