Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : la brigade sanitaire des Pyrénées-Atlantiques s'organise pour le déconfinement

La brigade sanitaire, comme dans tous les départements français, sera opérationnelle à partir du 11 mai dans les Pyrénées-Atlantiques, date annoncée pour le déconfinement. Entre 23 et 35 personnes seront chargées de repérer les personnes potentiellement contaminées en Béarn et au Pays Basque.

La brigade sanitaire sera chargée de repérer les personnes qui auraient pu être en contact avec un malade.
La brigade sanitaire sera chargée de repérer les personnes qui auraient pu être en contact avec un malade. © Maxppp - Quentin Top

Rien n'est encore définitif, ni même certain. Mais il y a bien des pistes de travail. La brigade sanitaire s'organise. Chaque département doit en créer une, comme c'est le cas dans les Pyrénées-Atlantiques. En Béarn et au Pays Basque, entre 23 et 35 personnes seront mobilisées à partir du 11 mai, 7j/7 et en fonction des besoins. Car le département est peu touché par l'épidémie de coronavirus. La brigade aura pour mission de contacter l'entourage des personnes malades pour prévenir des risques de contamination et pour conseiller (et seulement conseiller).

Le médecin généraliste transmet les coordonnées

La brigade devrait être composée essentiellement d'agents de l'Assurance maladie, dans un premier temps. Si besoin, d'autres structures partenaires pourraient venir en renfort mais elles ne sont pas clairement définies pour le moment. 

Le médecin généraliste est chargé de transmettre à l'Assurance maladie les coordonnées de ses patients atteints du coronavirus. S'il le peut, le généraliste est invité également à communiquer le maximum de contacts de personnes dans l'entourage proche des patients

C'est compliqué sur le plan juridique.                    
- Philippe Magné, médecin généraliste à Pau

L'Assurance maladie assure qu'il s'agit seulement de faciliter son travail et que, si le médecin traitant n'a pas de coordonnées, elle procédera à une recherche dans sa base de données. Les noms des personnes n'ont donc pas vocation à être transmis à d'autres organismes. 

Mais les médecins restent prudents, à l'image de Philippe Magné. Ce généraliste de Pau, membre de la Confédération des Syndicats Médicaux Français, veut avoir l'assurance que cette transmission d'informations se fera "de médecin à médecin", sans passer par "une personne déléguée à cette tâche".

"Nous pouvons le faire de médecin à médecin." - Philippe Magné, médecin généraliste à Pau

Ce travail de saisie informatique sera rémunéré. Les médecins généralistes recevront 30 euros par patient atteint du Covid-19 et dont les coordonnées auront été communiquées à l'Assurance maladie. À cela, il faut ajouter 2 euros supplémentaires par personne signalée en dehors du cercle familial ou proche du patient. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu