Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : la chloroquine proposée à tous les malades de l'IHU de Marseille

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Alors que la pandémie de Covid-19 ne cesse de progresser en France, les équipes du professeur Didier Raoult à Marseille ont décidé ce dimanche de soigner toute personne contaminée avec un traitement à base de chloroquine.

Le professeur Didier Raoult, fondateur et directeur de l'IHU Marseille infection.
Le professeur Didier Raoult, fondateur et directeur de l'IHU Marseille infection. © Maxppp - ©Georges Robert

Et si elles venaient de faire sauter un verrou ? À Marseille, les équipes du professeur Didier Raoult ont décidé, ce dimanche, d'utiliser la chloroquine pour traiter tous les malades du Covid-19 qui se présenteront à l'Institut Hospitalo-universitaire Méditerranée Infection de La Timone, où des tests de dépistage sont vastement pratiqués. 

Jusqu'à présent, la chloroquine, un anti-paludique, n'a été utilisée que dans le cadre d'un essai clinique pratiqué sur une vingtaine de patients de l'IHU. Mais l'établissement souhaite visiblement le généraliser à tous ceux qui ont été testés positifs au Covid-19. 

"Lorsque je suis devenu médecin, je me suis engagé à traiter mes patients avec les meilleures données de la science la plus récente", déclare à France Bleu Provence Philippe Brouqui, infectiologue à l'IHU Marseille infection. 

"À ce stade, le seul traitement ayant prouvé son efficacité, c'est celui que nous employons. Je ne fais donc que respecter le serment d'Hippocrate." - Philippe Brouqui

Si Philippe Brouqui invoque le serment d'Hippocrate, c'est parce que l'IHU, s'il a bien obtenu une autorisation pour pratiquer des essais cliniques, n'a en revanche pas d'autorisation pour généraliser ce traitement

Le serment d'Hippocrate invoqué

En effet, le traitement mis en place par le professeur Raoult et ses équipes combine de l'hydroxychloroquine (chloroquine) avec de l'azithromycine. Ce traitement est "hors AMM","c'est à dire qu'il n'a pas obtenu d'autorisation à être mis sur le marché dans le cadre de la lutte contre le Covid-19", explique Pierre Jouan, le président du Conseil régional de l'Ordre des médecins en PACA. 

Malgré le fait que l'utilisation de ce traitement soit "hors AMM", Pierre Jouan soutient la démarche de l'IHU : "Le président a bien dit que nous étions en guerre... Or, quand on est en guerre, est-ce qu'on doit faire tout dans les clous ? La méthodologie ne doit pas être la même qu'en temps de paix."

La balle dans le camp des pouvoirs publics

Le discours est le même chez Philippe Brouqui, qui lance un appel aux décideurs : "C'est aux politiques de valider ce traitement pour le généraliser. Nous, médecins, notre rôle, c'est de traiter les malades avec les molécules les plus actives." 

Si un autre traitement plus efficace que celui à base de chloroquine était découvert dans les prochaines semaines, le professeur Philippe Brouqui l'assure : "Je changerai d'avis et nous traiterons les patients avec les médicaments qui seront les plus performants. Mais actuellement, ce qui fait effet, c'est l'association hydroxychloroquine-azithromycine."

Et Philippe Brouqui de conclure : "L'histoire nous dira si on a bien fait ou pas. C'est l'histoire qui nous le dira."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu