Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : la crainte d'une "bombe à retardement" à l'hôpital du Mans

-
Par , France Bleu Maine

L'activité hors Covid reprend tout doucement à l'hôpital du Mans. Les rendez-vous sont relancés pour moitié seulement. Cette situation inquiète les patients privés de consultation pendant plusieurs semaines. Les soignants redoutent des prochains mois difficiles et un encombrement des services.

L'entrée de l'hôpital du Mans (Sarthe) le 4 avril 2019.
L'entrée de l'hôpital du Mans (Sarthe) le 4 avril 2019. © Radio France - Alexandre Chassignon

Tout pour la lutte contre le Covid. A l'hôpital du Mans, comme ailleurs en France, le "plan blanc" a eu pour effet de reporter en nombre les consultations et les opérations non urgentes. Les rares patients qui se sont rendus au centre hospitalier ces dernières semaines décrivent le hall du principal bâtiment (le Fontenoy) désert et des couloirs quasiment vides. Depuis le lundi 11 mai et le début du déconfinement, la donne a sensiblement changé : l'activité hors Covid a repris au centre hospitalier, à hauteur de 50% pour les consultations. Mais il n'empêche : les soignants disent leur inquiétude. 

Un risque d'embouteillage des consultations 

Entre les Sarthois qui n'auront pas été diagnostiqués à temps, ceux qui auront été insuffisamment soignés ou ceux qui, d'eux-mêmes, ont renoncé à venir à l'hôpital dans la crainte d'attraper le Coronavirus, les mois qui viennent s'annoncent compliqués, d'après plusieurs soignants. L'association des usagers de l'hôpital du Mans redoute, elle, l'explosion d'une "bombe à retardement". Sa présidente, Isabelle Lepetit-Ferté décrit un risque d'embouteillage : "Les rendez-vous sont reportés. Il va falloir beaucoup de temps pour rattraper le retard, d'autant qu'en temps normal, il faut déjà plusieurs mois pour obtenir un rendez-vous dans certaines spécialités. L'association fait part de ses craintes : "Nous redoutons une aggravation de l'état de santé de certaines personnes. Sans compter les actes de prévention (par exemple pour la détection d'un cancer) qui n'ont pas été réalisés. Des Sarthois ne seront peut-être pas dépistés à temps : c'est une réelle inquiétude". 

Des craintes pour la santé des Sarthois

La grande difficulté, reconnaît Marc Gandon, infirmier et responsable du syndicat Force Ouvrière à l'hôpital du Mans, est qu'il faut "trouver un équilibre subtil entre d'un côté, le maintien d'une filière Covid dont l'activité aujourd'hui est en nette baisse mais qui peut être réactivée en cas de deuxième vague et, de l'autre, la reprise des activités habituelles". Marc Gandon dit son inquiétude "surtout pour les patients atteints de maladies chroniques, en cardiologie et pneumologie, notamment. Ces personnes vivent avec une maladie, la supportent depuis deux mois. Souvent, leur corps s'adaptent. Mais nous risquons de les voir venir à l'hôpital avec des problèmes beaucoup plus graves". 

Ne pas renoncer aux soins

Un peu moins inquiet, le président de la Ligue contre le cancer en Sarthe, le docteur Jackie Collet, estime que "la bombe à retardement peut venir des patients eux-mêmes". Le gynécologue à la retraite constate que "des Sarthois ont renoncé à solliciter une consultation par peur d'attraper le Covid-19, alors qu'objectivement, ce virus peut présenter moins de risque qu'un cancer". Le médecin souligne, par exemple, que pour le dépistage du cancer du colon, "les gastro-entérologues ont une priorité. Il existe une hiérarchie des demandes face au Covid-19 pour éviter de prendre trop de retard". Le président de la Ligue contre le cancer s'adresse aux Sarthois : "Il faut consulter!". 

► ECOUTER : le directeur de l'hôpital du Mans, invité de France Bleu Maine ce jeudi 14 mai en direct à 7h45. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess