Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la France est toujours sous la menace des variants

-
Par , France Bleu

Alors que les vacances d'hiver ont débuté dans un climat morose, la France est toujours sous la menace des variants du coronavirus, qui pourraient faire perdre à nouveau le contrôle de l'épidémie de Covid-19 et forcer au reconfinement.

Centre de dépistage Covid-19 au sein du lycée Frédéric Chopin à Nancy.
Centre de dépistage Covid-19 au sein du lycée Frédéric Chopin à Nancy. © Maxppp - Alexandre MARCHI

La France reste sous la menace des variants du coronavirus. "Tout se jouera sur notre capacité à contrôler la progression du variant anglais. C'est désormais lui qui donne le la, et qui imposera de nouvelles restrictions le cas échéant", a averti l'épidémiologiste Arnaud Fontanet dans un entretien au Journal du dimanche.

Un variant qui pourrait être majoritaire début mars

En France, ce désormais fameux variant était responsable de 3,3% des nouvelles contaminations début janvier, et de 14% à la fin du mois. "Si on continue sur cette trajectoire (...), on atteindra 30-35% à la mi-février et le nombre d'admissions à l'hôpital sera alors autour de 2.000 par jour. Le variant deviendra majoritaire autour du 1er mars", avance ce membre du Conseil scientifique, dont les recommandations guident l'exécutif.

Une projection que confirment les estimations réalisées pour le JDD par Philippe Amouyel et Luc Dauchet, respectivement professeur et maître de conférence en santé publique au CHU de Lille. D'après leurs projections, le "plateau" actuel dans les contaminations va durer "probablement un petit peu au-delà de mi-février et puis ensuite à partir de fin février/début mars, on voit que la course exponentielle du nouveau variant va prendre le dessus", a détaillé le Pr Amouyel sur BFMTV.

Un nombre de contaminations élevé, mais stabilisé

Entre 20.000 et 26.000 contaminations quotidiennes depuis janvier, l'évolution reste sur un plateau, élevé. Samedi, 20.586 cas confirmés en 24 heures, avec un taux de positivité inchangé à 6,6%.

La pression hospitalière s'est également stabilisée cette semaine un peu sous les 28.000 malades hospitalisés (27.327 samedi). Et 3.215 personnes dans un état grave se trouvaient samedi en réanimation. Lors des précédentes vagues, le nombre de patients en réa avait atteint 7.000 au printemps et 4.900 à l'automne.

Côté bilan, la maladie a tué 78.794 personnes depuis le début de l'épidémie (+191 en 24 heures).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess