Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : la France va faire plus de tests et ils devraient être plus rapides

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Face à la propagation de l'épidémie et aux recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé, la France va multiplier ses tests quotidiens. De 9.000 environ aujourd'hui, elle passera début avril à 29.000 promet le ministre de la Santé. Et la stratégie de test devrait évoluer.

Pour l'instant, sauf exception, il faut une prescription médicale pour se faire tester.
Pour l'instant, sauf exception, il faut une prescription médicale pour se faire tester. © AFP - Arié Botbol

Environ 9.000 aujourd'hui, 29.000 d'ici le 4 avril. Voilà l'objectif des autorités françaises en termes de tests quotidiens au coronavirus. On est encore loin de l'Allemagne, qui fait chaque semaine près de 500.000 dépistages. Ce qui permet à nos voisins aujourd'hui d'afficher un taux de mortalité faible, de l'ordre de 0.5%, quand en France il avoisine les 5%. 

Le dépistage devrait être élargi 

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, notre stratégie consiste à tester uniquement ceux qui ont des symptômes, les personnes à risque et le personnel soignant, faute de kits de dépistage suffisants

Pour l'instant, ça ne bouge pas, parce que la France manque encore de matières premières pour produire les tests. Seulement, avec plus de kits de dépistage, la stratégie devrait évoluer assez vite pour aller dans le sens de l'OMS qui demandait aux pays touchés de tester en masse leurs populations. 

La stratégie évolue déjà à Paris. Depuis mercredi, il est possible de se faire dépister même sans symptômes dans deux centres, rapporte Le Parisien. A l'IHU du professeur Raoult, à Marseille, toutes les personnes qui le souhaitent peuvent se faire dépister. 

Bientôt des tests plus rapides? 

Aujourd'hui, la France multiplie les "drive" qui permettent aux malades avec une prescription médicale de se faire tester : Nice, Antibes, Nancy, Sanary, Auch, Romans, et même devant la mairie du 17e arrondissement à Paris. L'opération est rapide, elle consiste à insérer une sorte de coton tige avec un réactif dans la narine du patient. L'échantillon est transmis à un laboratoire qui l'analyse et transmet des résultats en quelques heures. 

Bientôt, de nouveaux tests pourraient accélérer les choses. Le laboratoire français Biomérieux produit déjà un test automatisé, sans laboratoire, et qui donne des résultats en à peine 45 minutes. Il est uniquement utilisé aux Etats-Unis pour l'instant, puisqu'il n'a pas encore la certification européenne (CE). Biomérieux espère que l'Europe donnera rapidement son feu vert.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu