Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la Haute-Loire vaccine jusqu'au domicile des plus âgés

En Haute-Loire, des équipes de vaccination mobiles rattachées aux trois centres de vaccination du département font la tournée des seniors grabataires ou alités à domicile. Ils sont une petite vingtaine dans l'Yssingelais. France Bleu a suivi une tournée, véritable sprint pour les soignants.

Audrey Satre, médecin, et Chantal Jamet, infirmière, un binôme de vaccination mobile dans l'Yssingelais
Audrey Satre, médecin, et Chantal Jamet, infirmière, un binôme de vaccination mobile dans l'Yssingelais © Radio France - Céline Autin

Dans le cadre de son effort pour atteindre au plus vite l'immunité collective de ses habitants, envisagée pour cet automne, la Haute-Loire met les bouchées doubles pour vacciner les seniors. En plus des centres de vaccination, les équipes du groupement hospitalier territorial ont mis en place des tournées mobiles afin d'aller au domicile des personnes alitées ou grabataires, incapables de se déplacer.

Des tournées d'une centaine de kilomètres pour aller vers les patients

Dans l'Yssingelais, quatorze personnes ont ainsi pu recevoir les deux doses du vaccin Pfizer. Dix autres doivent être visités par des équipes mobiles composées d'un médecin et d'une infirmière. Cela représente énormément de moyens pour une poignée de patients, d'autant que les tournées peuvent représenter beaucoup de kilomètres, mais le jeu en vaut la chandelle : "ce service de proximité, c'est ce qui fait l'atout de notre territoire. Et on essaie de sélectionner au mieux les patients, avec les médecins généralistes et les infirmières, pour que le dispositif profite à ceux qui en ont le plus besoin", explique Catherine Defour, pharmacienne responsable de la pharmacie de l'hôpital d'Yssingeaux.

Catherine Defour, pharmacienne, Chantal Jamet, infirmière, et Manon Fay, à la préparation, derrières les tournées de vaccination mobile dans l'Yssingelais.
Catherine Defour, pharmacienne, Chantal Jamet, infirmière, et Manon Fay, à la préparation, derrières les tournées de vaccination mobile dans l'Yssingelais. © Radio France - Céline Autin

Les tournées commencent toujours par un énorme travail de préparation, assuré à Yssingeaux par Manon Fay. La jeune femme appelle les futurs vaccinés, afin de s'assurer qu'ils sont toujours chez eux, et pour prendre les indications menant à leur domicile "parce qu'à la campagne, parfois, c'est loin d'être facile, sourit-elle. Ensuite j'établis des horaires approximatifs de passage et je transmets la carte et le planning à l'équipe mobile". Une sorte de carnet de route qu'emportent avec elles le médecin Audrey Satre et l'infirmière Chantal Jamet qui vont rencontrer huit patients pour leur deuxième dose, ce vendredi 2 avril.

Une tournée, un sprint de six heures contre le virus

En raison de la durée de vie limitée du vaccin Pfizer, à température normale, il s'agit de faire vite pour l'équipe mobile. Le binôme se munit d'une seringue unique, pour leur première patiente, puis d'un flacon à sept doses afin de ne pas perdre du précieux vaccin. Le tout est transporté grâce à un dispositif innovant conçu au centre hospitalier du Puy-en-Velay, en partenariat avec une entreprise de la Loire, Jacky Mousse.

Direction Montfaucon-en-Velay pour la première vaccinée de la journée, Anne-Marie, 93 ans. Elle vient justement d'apprendre que son aide à domicile est cas contact : "et moi alors, je ne suis pas dépistée ?" s'inquiète-t-elle. "Si vous n'avez pas de symptômes c'est bon", la rassure la médecin. "Et puis si vous êtes vaccinée, vous serez sûre de ne pas avoir de forme grave et de ne pas aller en réa", ajoute Chantal Jamet, l'infirmière.

La vieille dame peut difficilement se déplacer chez elle, à cause d'une mauvaise chute. Elle n'a pas non plus d'enfant ou de petits-enfants qui auraient pu l'amener au centre de vaccination d'Yssingeaux, à vingt kilomètres de là. L'équipe mobile est donc toute indiquée dans son cas. "On prend le temps de répondre à leurs questions", indique Chantal Jamet. Elle-même est infirmière retraitée et a voulu s'impliquer pour aider ses collègues sur le terrain : "je suis à l'aise avec les personnes âgées, on prend le temps avec elle. Même si ce sont des plages horaires longues, je suis partante."

Grâce à ce dispositif, la préfecture de Haute-Loire annonce qu'au 3 avril, près de 80 % des personnes de plus de 75 ans vivant à domicile dans le département auront reçu au moins une dose de vaccin. Avec l'aide des pompiers, cette stratégie du "aller vers" va prendre de l'ampleur en mars, sous une forme un peu différente : une équipe mobile se rendra à Vorey-sur-Arzon et à Saint-Julien-Chapteuil courant avril pour vacciner environ cinquante personnes à chaque fois.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess