Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la moitié des généralistes de l'Yonne déjà inscrits pour vacciner les 50-64 ans

-
Par , France Bleu Auxerre

La campagne de vaccination des 50-64 ans atteints d'affections de longue durée, avec des comorbidités ou en surpoids démarre ce jeudi 25 février chez les médecins généralistes. Ces derniers pourront administrer, à leur cabinet, des doses du vaccin produit par AstraZeneca.

Dans l'Yonne, au moins la moitié des généralistes se sont inscrits pour participer à la campagne de vaccination des 50-64 ans de santé fragile
Dans l'Yonne, au moins la moitié des généralistes se sont inscrits pour participer à la campagne de vaccination des 50-64 ans de santé fragile © Radio France - Jean François Fernandez

C'est une demande de longue date des médecins libéraux qui se concrétise enfin ce jeudi. Ils vont pouvoir vacciner une partie de leurs patients, ceux âgés de 50 à 64 ans atteints d'affections susceptibles d'entraîner des formes graves de COVID-19 comme les maladies cardio-vasculaires, l’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité ou encore le cancer évolutif sous traitement.

Les généralistes icaunais impliqués dans la vaccination

Lundi, sur environ 240 médecins généralistes dans l'Yonne, 119 étaient inscrits dans le dispositif de vaccination de leurs patients. Une inscription nécessaire pour avoir accès à un flacon de vaccin AstraZeneca auprès de leur pharmacie d'officine de proximité. "Cela a bien démarré sur le département", constate avec satisfaction le président de l'ordre des médecins, Alain Miard, "les collègues ont déjà reçu par mail de nombreuses informations à ce sujet ces dernières semaines. Ils savent très bien les contraintes qu'il y a, c'est essentiellement celle d'avoir un flacon de dix doses qu'il faut vider dans la journée. Cela ne me paraît pas trop compliqué dans la mesure où ils ont été prévenus à l'avance."

"Les dix patients, je les ai presque", indique Philippe Mifsud, de SOS médecins à Auxerre, "le problème, c'est qu'il faut trouver un jour qui convienne à tout le monde car certains travaillent, d'autres ont des rendez-vous médicaux par ailleurs. La difficulté n'est pas la vaccination, mais l'organisation en amont."

Des patients fragiles très volontaires

Pourtant les patients atteints de comorbidités dans la tranche d'âge concernée sont demandeurs, constate Xavier Péquignot de SOS médecins à Sens : "on voit qu'il y a une volonté des patients fragiles de se faire vacciner pour pouvoir éviter de développer des formes graves. On se rend compte que l'opinion a évolué depuis le 27 décembre et le début de la vaccination. Ils étaient initialement réticents par crainte d'un vaccin peut-être développé trop vite ou d'effets indésirables non connus. Aujourd'hui, la plupart des patients sont demandeurs."

Un besoin d'information sur le vaccin AstraZeneca

Mais un point freine encore certains Icaunais, les effets secondaires de type état grippal relevés sur un nombre important de personnes vaccinées avec le produit AstraZeneca. "Cela leur fait peur et ils refusent, ils ne veulent pas de ce vaccin", constate Oana Cobzaru, médecin généraliste à Sens, "je leur dis que c'est beaucoup plus grave d'attraper le COVID que d'avoir une journée de fièvre. Et il a été prouvé aussi que ce vaccin est plus efficace qu'annoncé au début. Enfin, je leur rappelle que ce vaccin utilise la technique naturelle, comme celui qu'on produit contre la grippe." Actuellement, un flacon de vaccin AstraZeneca contenant dix doses est prévu par médecin généraliste et par semaine. 

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess