Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : la réouverture des passages entre Moselle et Allemagne en bonne voie ?

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le député En Marche de Moselle Christophe Arend réclame à l’Allemagne la réouverture de tous les points de passages entre la France et la Sarre, fermés à cause de l’épidémie de coronavirus.

Contrôles renforcés sur le Pont de l'Europe, lors de l'épidémie de coronavirus.
Contrôles renforcés sur le Pont de l'Europe, lors de l'épidémie de coronavirus. © Radio France - Aude Raso

C’est un peu la double peine. En plus des mesures de confinement et des limitations de déplacement, les habitants de Moselle-Est frontaliers de l’Allemagne doivent composer en plus avec une mesure prise mi-mars par Berlin pour tenter d’enrayer la propagation du virus : la fermeture des frontières entre la Sarre et la Moselle.

Nous commençons à être entendus 

Une décision sans précédent dans l’histoire récente des deux pays que le député (LREM) de la circonscription de Forbach et Sarreguemines, Christophe Arend, tente de faire assouplir, voire de l’abolir totalement. Très en pointe sur les questions franco-allemandes à l’Assemblée Nationale, l’élu active ses relations sarroises et commence à entrevoir la lumière. 

"Nous commençons à être entendus. Nous avons réussi à faire comprendre que la plupart de ces fermetures étaient un non-sens sanitaire. Un virus ne s’arrête pas aux frontières, pas plus qu’un nuage radioactif…"

Laisser passer les travailleurs 

Mais l’argument qui semble le plus convaincre est d’ordre économique. Plusieurs dizaines de milliers de travailleurs frontaliers passent chaque jour la frontière pour gagner les usines sarroises. 160 français travaillent également à l’hôpital de Sarrebruck. "On a besoin de la mobilisation de ces personnels à l’hôpital. Et pas de les fatiguer inutilement en leur imposant des détours et des bouchons aux contrôles aux frontières."

Sur 35 points de passage entre Moselle et Sarre, 31 sont physiquement verrouillés par des barrières. Les points ouverts sont soumis à des contrôles. Mais Christophe Arend estime que cette situation n’a plus lieu d’être, puisque les conditions sanitaires sont aujourd’hui identiques de part et d’autre de la frontière. 

"Nous travaillons avec les autorités de la Sarre à une autorisation dérogatoire de déplacement applicable chez eux. D’ailleurs aujourd’hui, un allemand qui vient en France doit remplir cette autorisation."  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu