Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : la seconde vague "n'est pas derrière nous", assure le directeur de l'hôpital du Mans

-
Par , France Bleu Maine

La seconde vague du coronavirus n'est pas derrière nous assure Olivier Bossard, le directeur de l'hôpital du Mans. Mais pour l'instant, pas d'alerte rouge dans les services de soins sarthois.

L'hôpital du Mans est prêt, promet son directeur.
L'hôpital du Mans est prêt, promet son directeur. © Radio France - Alexandre Chassignon

La seconde vague tant redoutée du coronavirus est-elle déjà passée ? Non, si l'on en croit le directeur du Centre hospitalier du Mans (CHM), Olivier Bossard. 

"Cette vague n'est pas derrière nous", commence le directeur de l'hôpital. "On voit bien que les données montrent une progression des patients COVID dans les milieux scolaires et universitaires notamment", continue-t-il. 

La seconde vague arrive

"Cela ne sera sans doute pas une vague comme celle du premier confinement, mais plutôt _une montée de marée_. Il faut espérer qu'elle ne soit pas trop haute par rapport à nos capacités de prise en charge", détaille Olivier Bossard.

Au sein de l'hôpital du Mans, les chiffres repartent également à la hausse. Il y a avait deux patients hospitalisés à la fin du mois de juillet, contre 20 aujourd'hui. "Cela montre que l'épidémie s’accroît", assure Olivier Bossard. 

L'hôpital du Mans est-il prêt ? 

Actuellement il n'y a qu'un patient en réanimation dans sa structure. Un signe selon lui que "la prise en charge de la maladie est plus _efficace_, la durée de séjour est donc plus courte."

"Nous avons beaucoup appris avec la crise, nous avons transformer notre manière de travailler, avec un accent mis sur la communication et la circulation de l'information", rassure Olivier Bossard. 

"Tout le monde a beaucoup modifié ses façons de travailler, et nous sommes prêts à la refaire", promet le directeur de l'hôpital du Mans. Pour lui, l'hôpital ne manque pas de moyens mais de "main-d'oeuvre". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess