Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vaccination terminée à l'Ehpad Nazareth d'Orléans, un des premiers à avoir reçu les doses dans le Loiret

-
Par , France Bleu Orléans

La campagne de vaccination avait commencé le 5 janvier à l'Ehpad Nazareth d'Orléans, l'un des premiers du département à avoir reçu les doses. Dans cet "Ehpad-pilote", la dernière injection a eu lieu le 19 février. Mais le retour à la vie normale est encore loin.

Une résidente d'Ehpad vaccinée. Image d'illustration
Une résidente d'Ehpad vaccinée. Image d'illustration © Radio France - Guillaume Bonnefont

A partir de ce jeudi, les médecins généralistes peuvent vacciner dans leurs cabinets avec les doses AstraZeneca, réservées en priorité aux patients de 50 à 64 ans qui présentent des comorbidités. Une étape de plus dans la vaccination contre le coronavirus qui avait débuté dans le Loiret le 5 janvier, au sein de trois maisons de retraite. A l'Ehpad Nazareth d'Orléans, la campagne de vaccination est d'ailleurs terminée depuis le 19 février. 57 résidents sur 77 ont reçu leurs deux doses. 

Il a fallu de l'énergie, du temps, des personnes - Claire Mounoury, directrice de l'Ehpad

Même si la vaccination n'a en tout pris que quelques jours, elle a demandé de l'organisation. "Il a fallu de l'énergie, du temps, des personnes" raconte Claire Mounoury, la directrice de l'établissement. "Comme on était Ehpad-pilote, on a profité du bon fonctionnement au niveau national et régional. On a aussi essuyé quelques plâtres, le nombre de doses, les aiguilles [mais] dans l'ensemble, pas de gros problème." Vingt résidents n'ont pas été vaccinés, par choix, ou parce qu'ils souffrent de pathologies incompatibles avec l'injection. D'autres ont aussi refusé le vaccin dans un premier temps, avant de se raviser. 

Louise fait partie des résidents qui ont tout de suite voulu être vaccinés. Malgré une légère appréhension au moment de la piqûre. "On était autour d'une table, on avait la frousse comme des gamins en attendant d'être piqués" s'amuse la nonagénaire. "Cela s'est très bien passé, sans aucune réaction. On s'attendait à une réaction vive. Il n'y a rien eu du tout. On prend la vie comme elle est !

Rémi Archambault, médecin : "Les visites sont autorisées, mais réglementées"

Prendre la vie comme elle est, ça veut aussi dire continuer à appliquer les gestes barrières dans l'Ehpad. Et cela peut provoquer de la frustration chez certains résidents et leurs familles, qui pensaient qu'une fois le vaccin administré, les mesures sanitaires pourraient être allégées. "On a beaucoup de peine à leur faire comprendre que le vaccin garantit à peu près qu'on n'aura pas de forme grave, mais que les chiffres ne disent pas encore si ça limite la transmission" explique Rémi Archambault, le médecin coordinateur de l'Ehpad. Les visites sont par conséquent toujours réglementées et les sorties impossibles. "Ne pas partager le repas du dimanche avec les proches, c'est douloureux... pour la famille comme pour les résidents."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess