Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la vaccination se fera en trois étapes à partir du mois de janvier

-
Par , France Bleu
France

Le Premier ministre Jean Castex a dévoilé ce jeudi la stratégie de vaccination qui sera mise en place en France pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Les premières injections vont débuter au mois de janvier et se répartiront en trois étapes, en fonction des publics prioritaires.

Une personne se fait vacciner le 14 novembre 2020 à Leipzig, en Allemagne (photo d'illustration).
Une personne se fait vacciner le 14 novembre 2020 à Leipzig, en Allemagne (photo d'illustration). © Maxppp - Peter Endig

Un calendrier qui va démarrer en janvier et se dérouler en trois étapes : voilà ce qu'a présenté ce jeudi le Premier ministre lors d'une conférence de presse. Jean Castex a expliqué quelles personnes seront vaccinées et à quel moment. "Tout le monde ne pourra pas se faire vacciner immédiatement", a-t-il prévenu. Le gouvernement a donc décidé de prioriser les injections en fonction des publics. Au total, la France devrait recevoir 200 millions de doses pour vacciner gratuitement les Français, le tout pour un budget de 1,5 milliard d'euros.

Phase 1 : les résidents d'Ehpad et les professionnels de santé

Les premiers vaccinés le seront a priori dès le début du mois de janvier car, selon le chef du gouvernement, "dans les tous prochains jours et avant le 29 décembre prochain, l'agence européenne du médicament se prononcera sur l'autorisation de mise sur le marché des deux premiers vaccins". Ces vaccins devront ensuite être également validés par la Haute autorité de santé. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Si Jean Castex a rappelé que "le choix des personnes qui devront être vaccinées en priorité n'incombe pas au gouvernement mais à la Haute autorité de santé", il a affirmé que l'Etat compte respecter les recommandations formulées par celle-ci. Ainsi, les premiers vaccinés seront donc les personnes âgées qui résident en Ehpad et les personnels qui y travaillent et présentent des risques (liés à leur âge ou à des comorbidités). Cela représente un million de personnes, "ce qui correspond aux quantités de vaccins qui nous serons livrés le premier mois". Cette phase se déroulera avec le vaccin Pfizer.

Phase 2 : les personnes présentant des facteurs de risques

La deuxième étape de vaccination débutera dès le mois de février et s'étendra jusqu'au printemps - probablement au mois de mars, selon Olivier Véran. Elle concernera alors "les 14 millions de personnes présentant un facteur de risque et les professionnels de santé", a détaillé le Premier ministre Jean Castex. "Priorité sera donnée aux publics les plus vulnérables au virus et les plus susceptibles de développer les formes les plus graves de la maladie", a-t-il résumé. 

Selon Olivier Véran, il s'agira alors d'étendre progressivement la vaccination aux personnes âgées de plus de 75 ans, puis celles de plus de 65 ans. Enfin, les professionnels de santé ou les personnes qui travaillent dans le secteur médicosocial, âgés de 50 ans et/ou présentant des comorbidités, seront vaccinés.

Phase 3 : l'ensemble de la population

Enfin, dans un dernier temps, le gouvernement ouvrira la vaccination à tous les Français. "Ce sera le temps de la vaccination de masse", a expliqué le ministre de la Santé. Cela se fera "progressivement", a prévenu Jean Castex, à partir du printemps. Seront alors concernées les personnes âgées de 50 à 64 ans et les professionnels qui exercent dans des secteurs essentiels, comme l'alimentation, la sécurité ou l'éducation par exemple. Les personnes vulnérables et précaires, ainsi que les personnes qui les prennent en charge seront aussi éligibles, tout comme les personnes qui vivent dans des lieux confinés ou clos. Le gouvernement continuera progressivement d'étendre la campagne.

Jean Castex a, à ce titre, tenu à rassurer sur la qualité des vaccins qui seront proposés : "Je sais et j'entends les réticences voire parfois les craintes exprimées par certains d'entre vous." Il a donc promis que l'Etat serait particulièrement vigilant : "Nous ne démarrerons rien sans l'avis préalable de la Haute autorité de santé."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess