Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉOS - Coronavirus : la vaccination, un défi logistique

-
Par , France Bleu

La campagne de vaccination contre le Covid-19 va se dérouler en trois phases, en commençant par les résidents des Ehpad, avant de s'étendre progressivement à toute la population, a détaillé jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran. Un défi logistique.

Transport de vaccins contre le Covid-19 à l'aéroport de Bruxelles (Belgique) ( illustration)
Transport de vaccins contre le Covid-19 à l'aéroport de Bruxelles (Belgique) ( illustration) © AFP - DIRK WAEM / BELGA MAG / Belga

Le gouvernement a dévoilé jeudi sa stratégie vaccinale pour tenter d'endiguer la pandémie de Covid-19. Gratuite pour tous, la vaccination se déroulera en trois phases. Elle débutera en janvier pour les seniors en établissements (un million de personnes), en février pour les personnes fragiles jugées fragiles du fait de leur âge ou de leurs pathologies (14 millions de personnes) puis au printemps pour l'ensemble de la population, a annoncé le Premier ministre Jean Castex. Un exercice logistique aura lieu avant la fin de l'année a précisé le ministre de la Santé Olivier Véran. Acheminer les vaccins, les conserver et les distribuer représente en effet un défi.

Des conditions de conservation très contraignantes

Le premier vaccin attendu est celui développé par Pfizer/BioNTech, a expliqué Olivier Véran. Or, il se conserve à - 80° et "une fois décongelé il nous faut pouvoir l'administrer au patient en moins de cinq jours", a détaillé le ministre. "C'est avec ces contraintes qu'il va nous falloir viser une livraison de plus 10.000" Ehpad, a ajouté le ministre, en précisant que la France avait déjà commandé des "super-congélateurs".

Vacciner implique également des commandes de "seringues, aiguilles, du matériel de protection et des moyens de transports" adaptés a-t-il énuméré. "Tout cela rend nécessaire une organisation spécifique."

Deux circuits de distribution

Olivier Véran a évoqué "deux circuits complémentaires pour plus de sécurité". D'une part, "un circuit principal de distribution", destiné aux Ehpad, "qui va s'appuyer sur les acteurs qui ont l'habitude d'acheminer des médicaments, même dans des conditions difficiles, et notamment les vaccins". D'autre part, "un second circuit s'appuiera lui sur une centaine d'établissements hospitaliers", pour approvisionner "les établissements" pour personnes âgées liés à ces hôpitaux. 

"Dans la deuxième moitié du mois de décembre, ce circuit logistique sera testé à blanc" et "éprouvé à travers des opérations" a indiqué le ministre.

Suivi médical

Vacciner nécessite également un suivi sanitaire et médical en amont et en aval de la piqûre. Le vaccin Pfizer/BioNTech fonctionne avec deux injections qui doivent être réalisées à 21 jours d'écart. Les personnes prioritaires se verront proposer une consultation médicale avant leur vaccination a assuré Olivier Véran. Le suivi pourra être réalisé par la médecine de ville mais aussi la médecine du travail dont les prérogatives ont été étendues jusqu'en avril 2021.

Les pharmaciens, qui vaccinent en ce moment contre la grippe, se sont aussi portés volontaires pour "contribuer" à la campagne de vaccination contre le Covid-19, par la voix de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), première organisation syndicale du secteur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess