Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la vente du paracétamol restreinte en pharmacie et suspendue sur internet dès mercredi

-
Par , France Bleu

Le paracétamol, conseillé pour lutter contre les symptômes du coronavirus, va être en vente limitée à partir de ce mercredi. Sa vente sera limitée en pharmacie et suspendue sur internet, pour permettre à tous les malades d'en bénéficier.

La vente de paracétamol va être limitée à une ou deux boîtes par personnes en pharmacie.
La vente de paracétamol va être limitée à une ou deux boîtes par personnes en pharmacie. © AFP - Alexandre MARCHI

La vente de paracétamol, recommandée pour combattre les symptômes dus au coronavirus, va être restreinte en pharmacie et suspendue sur internet à partir de mercredi, a annoncé l'Agence du médicament, l'ANSM, ce mardi. 

Une boîte par personne sans symptôme, deux boîtes en cas de fièvre ou douleurs 

La vente se limitera à une boîte par personne sans symptôme ou deux boîtes en cas de fièvre ou douleurs, ajoute l'agence, qui s'inquiète des risques de "stockage inutile" au détriment de ceux qui en ont besoin. Ces mesures s'appliquent aux boîtes de 500 mg et de 1.000 mg.

Une hausse de la demande 

Le groupe français Sanofi, qui produit le Doliprane, a indiqué avoir constaté "effectivement une augmentation de la demande de paracétamol". "Nous sommes tous responsables et chacun doit avoir un comportement raisonné dans l'achat de ses médicaments, en se limitant à la quantité dont on a effectivement besoin", a souligné le groupe à l'AFP. 

"Les pharmacies sont ouvertes, il n'y a pas de pénurie sur ces médicaments, il faut prendre ce dont on a besoin et ne pas aller plus loin", a insisté Frédéric Collet, le président du Leem, qui réunit les Entreprises du médicament, appelant à la responsabilité des usagers, tout en notant qu'il n'y a pas de pénurie à ce stade de médicaments.

Privilégier le paracétamol en cas de symptômes de coronavirus 

En cas de douleur et/ou de fièvre, notamment dans "le contexte de COVID-19", l'utilisation du paracétamol doit être privilégiée en respectant les règles de bon usage, rappelle l'agence sanitaire. "Utilisé à bon escient, le paracétamol est un médicament sûr et efficace", souligne-t-elle.

Le bon usage du paracétamol 

En automédication, la dose de 3 grammes par jour ne doit pas être dépassée. Ce qui implique de vérifier la présence de paracétamol dans les autres médicaments utilisés pour combattre les douleurs, fièvre, allergies, symptômes du rhume ou état grippal, afin de ne pas dépasser la dose quotidienne.

En cas de surdosage, le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie, même irréversibles dans certains cas : la mauvaise utilisation du paracétamol est la première cause de greffe hépatique d'origine médicamenteuse en France, insiste l'agence. Elle recommande donc, en l'absence d'ordonnance, de prendre "la dose la plus faible (500 mg), le moins longtemps possible" et de "respecter la dose maximale par prise", à savoir un gramme. L'intervalle minimum entre les prises doit être de 4 à 6 heures minimum et la durée maximale de traitement recommandée de trois jours (en cas de fièvre) à cinq en cas de douleurs.

Les anti-inflammatoires comme l'ibuprofène peuvent aggraver les effets du  coronavirus 

L'agence sanitaire rappelle par ailleurs sa mise en garde contre "les anti-inflammatoires - dont l'ibuprofène - (qui) peuvent masquer une infection et potentiellement avoir un effet aggravant dans certaines situations". Elle recommande cependant aux patients traités par anti-inflammatoires ou par corticoïdes, de ne pas arrêter leur traitement et de ne pas hésiter à se rapprocher de leur médecin pour les interroger sur la conduite à tenir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu