Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le cap des 1.000 patients graves franchi en Île-de-France

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Selon le directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, le cap des 1 000 patients graves atteints du coronavirus a été franchi en Ile-de-France. Martin Hirsch lance également un appel aux dons.

L'hôpital Lariboisière à Paris. Illustration.
L'hôpital Lariboisière à Paris. Illustration. © Radio France - Thomas Pontillon

"Nous avons passé le cap des 1 000 patients graves" en Ile-de-France, _"c’est plus qu’_un appel à l’aide", a lancé ce mercredi sur franceinfo Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris.

--> suivre le direct Coronavirus

Avec la Fondation de France et l'Institut Pasteur, il lance un appel aux dons pour soutenir les soignants, les chercheurs et les personnes fragiles. "On a besoin de toutes les équipes, de tous les personnels, qu'ils soient volontaires ou qu'on fasse appel à la réquisition", a-t-il ajouté. 

"Un respirateur pour chaque malade grave"

Parmi les demandes de Martin Hirsch, mettre à disposition de chaque malade grave, un respirateur. "Je ne veux pas qu'on connaisse les difficultés qu'on a connues sur les masques, car les respirateurs permettent de sauver des vies. Les réanimateurs hier soir, qu'on a réunis jusqu'à tard pour compter ce dont on avait besoin, me disaient que ça aller piquer fort les yeux. Quand ils disent ça, c’est que la situation est grave."

Autre inquiétude, que les médicaments ne soient pas "en manque" au sein de l’AP-HP. "Il va falloir produire des médicaments essentiels et assurer l'approvisionnement. On est dans un moment qu’on peut qualifier de moment charnière. On peut y arriver, mais il faut que ces assurances soient là."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu