Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : le CHU de Clermont-Ferrand dispose désormais d'un centre de prélèvement

Par

Au CHU de Clermont-Ferrand, un centre dédié au dépistage du coronavirus est opérationnel depuis ce lundi. Huit prélèvements y ont été effectués pour cette première journée de fonctionnement. Les analyses étant réalisées sur place, les résultats tombent dans les douze heures.

Laurence, infirmière  au CHU Laurence, infirmière  au CHU
Laurence, infirmière au CHU © Radio France - Dominique Manent

Le CHU de Clermont-Ferrand a mis en service des locaux destinés à accueillir les patients qui présentent des symptômes pouvant faire penser au coronavirus. Au rez-de-chaussée du bâtiment des laboratoires, un circuit permet désormais de les prendre en charge et de réaliser les prélèvements. 

Publicité
Logo France Bleu

Un site adapté

En cas de toux, de fièvre, et de difficultés respiratoires, c'est le SAMU qu'il faut appeler. Et c'est lui qui, en fonction de la situation, adresse le patient au centre de prélèvement du CHU. 

Le Professeur Henri Laurichesse, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Clermont-Ferrand, qui se félicite du choix du site, explique la procédure : "Le patient a appelé le 15, conformément aux recommandations. Le SAMU a ensuite joint un infectiologue d'astreinte. A ce moment-là, si la personne n'a pas montré de signes de gravité, pour éviter d'être hospitalisée pour rien, on lui propose de venir se faire prélever dans le centre, par un circuit dédié, pour éviter de croiser d'autres personnes. Nous avons choisi le rez-de-chaussée du bâtiment des laboratoires, c'est un endroit en dehors de l'hôpital".

Le prélèvement et les analyses sur place

Quand le patient arrive à l'accueil, il doit se plier à quelques règles : se laver les mains avec un gel hydroalcoolique et porter un masque. Les soignants prennent également des précautions : charlottes, sur blouses, masques FFP 2,  lunettes, et gants pour effectuer le prélèvement.

Le matériel pour effectuer le prélèvement, une sorte de coton-tige © Radio France - Dominique Manent

Celui-ci est effectué avec "un écouvillon" explique le Docteur Magali Vidal, infectiologue au CHU. "C'est une sorte de coton-tige, on fait le prélèvement en passant par la narine, ça dure cinq minutes. Ensuite, il y a des formalités administratives, un formulaire pour l'ARS, et puis on donne les consignes au patient pour le confinement. Rester à la maison, avec les règles habituelles : se laver les mains, porter un masque si on est en contact avec d'autres personnes et éviter de sortir de chez soi, en attendant les résultats".

Les analyses étant désormais effectuées sur place, les résultats tombent dans les 12 heures. Si c'est négatif, le patient est informé par courrier. Si c'est positif, un médecin le rappellera et des mesures seront prises en lien avec les autorités sanitaires. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu