Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "une situation très tendue" au CHU de Dijon

-
Par , , France Bleu Bourgogne

Alors que Dijon et la Côte-d'Or vont découvrir le couvre-feu à partir du vendredi 23 octobre 2020 à minuit, quelle est la situation au CHU de Dijon ? D'ores et déjà "très tendue" selon sa directrice, même si la préparation est meilleure que lors de la première vague.

Le CHU de Dijon se prépare pour la deuxième vague
Le CHU de Dijon se prépare pour la deuxième vague © Maxppp - MAXPPP

La Côte-d'Or (et 53 autres départements) sous couvre-feu à partir du vendredi 23 octobre 2020 à minuit, pour tenter d'enrayer les contaminations par le coronavirus. Une mesure qui vise également à protéger les capacités des hôpitaux. Comment se prépare-t-on au CHU de Dijon ? Nadiège Baille, la directrice du CHU, met en garde sur France Bleu Bourgogne sur le peu de lits restants et sur la hausse des contaminations chez les plus âgés. 

"On est déjà dans une situation très très tendue" 

"La semaine prochaine va encore marquer un cran", Nadiège Baille, directrice du CHU de Dijon

Le couvre-feu, vu de l'hôpital, c'est la bonne décision ?

C'est une décision complémentaire à d'autres. Cela ne suffirait pas en tant que tel. Clairement, on fait face à une circulation virale qui n'arrête pas sa progression et qui nous inquiète au regard des impacts sur les hospitalisations.

La deuxième vague est là ?

On n'est pas encore dans le moment le plus crucial, mais on est déjà dans une situation très très tendue. La semaine prochaine devrait être une semaine où on va encore marquer un cran.  

Est-ce qu'il y a déjà des déprogrammations d'opérations ? 

On est en situation de limitation d'activité. D'ores et déjà, avec les vacances nous sommes à 80% de notre activité. On a déjà commencé a déprogrammer, ce qui nous permet de libérer des lits d'hospitalisations et de réanimation, et également des ressources humaines, pour augmenter le nombre de lits de réanimation.   

Aujourd'hui quel est le taux d'occupation en réanimation au CHU ? 

Nous avons 15 patients covid sur 54 lits en réanimation. Il reste très peu de lits, parce qu'on a d’autres prises en charge, c'est la difficulté de cette deuxième vague. Les taux d'incidence chez les plus âgés nous préoccupent énormément. On a le sentiment que quelque chose s'est passé ces dernières semaines, et c'est vraiment l'indicateur très très préoccupant. 

Les personnes âgées sont de plus en plus contaminées ?

Cet été et début septembre, l'âge moyen des personnes contaminées était jeune, mais les plus âgés étaient relativement épargnés. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas  Il y a vraiment une corrélation entre l'âge et les besoins d’hospitalisation. Nous sommes préoccupés par le taux de positivité chez les plus âgés. Cela veut vraiment dire que dans les cercles familiaux, les rassemblement amicaux, pour les plus âgés il faut doubler, tripler de vigilance sur les mesures barrières.

-
- © Visactu

Inquiétude, appréhension mais meilleure préparation 

Lors de la première vague, les dons de masques et de blouses s'étaient multipliés. Est-ce que le CHU est mieux préparé cette fois-ci ? Plutôt oui, à en croire Emmanuelle Pin, aide-soignante et membre du syndicat CGT : "La différence, c'est qu'on sait ce qui nous attend, cela a du bon et du moins bon. Au niveau des équipements, ça a été vu en amont, on espère qu'on aura le matériel. Il nous a été assuré que les stocks avaient été revus. A ce niveau-là, ça devrait mieux se passer que lors de la première vague"

"Au niveau du matériel, ça devrait mieux se passer que pour la première vague", Emmanuelle Pin, aide-soignante au CHU

Choix de la station

À venir dansDanssecondess