Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : le CHU de Montpellier redoute une deuxième vague et met en garde

Par

A l’occasion d’une conférence de presse en viso-conférence, organisée par le CHU de Montpellier, plusieurs représentants du corps médical ont lancé une mise en garde, à la fois aux français et aux pouvoirs publics, par rapport au risque d'une deuxième vague de coronavirus.

Le CHU de Montpellier craint la possible deuxième vague de coronavirus Le CHU de Montpellier craint la possible deuxième vague de coronavirus
Le CHU de Montpellier craint la possible deuxième vague de coronavirus © AFP - Pascal Guyot

Alors qu’une deuxième vague de malades liée à l'épidémie de coronavirus est redoutée par bon nombre de français et notamment de professionnels de santé, au lendemain du déconfinement, le professeur Patrice Taourel, chef de la commission médicale d’établissement du CHU de Montpellier met en garde : « en cas de deuxième vague COVID-19, l’Hôpital français ne s'en relèvera pas, surtout dans les régions les plus touchées comme l’Ile-de-France ou le Grand Est"

Publicité
Logo France Bleu

Ainsi, et pour la prévenir voire l’atténuer, il souligne la nécessité d’un "déconfinement de qualité", avec notamment le port du masque pour tous et dans tous les lieux qui rassemblent du public, autrement dit dans les transports en commun, les établissements de santé, les écoles ou encore les supermarchés , précisant que « si ça protège un peu soi même, ça protège surtout les autres ». 

Par ailleurs, le professeur Taourel insiste sur « l’importance du dépistage systématiques des patients symptomatiques ». Lors de la première vague, explique-t-il, « on s’est fait déborder à cause d’une mauvaise organisation et parce qu’on n’avait pas suffisamment de tests ». Enfin, dernier point, il en appelle au civisme et au maintien des efforts de chacun, car « le CHU ne peut pas tout, loin de là ». 

Rouvrir les écoles ? 

Au sujet de la réouverture des écoles et de la possible deuxième vague qu’elle pourrait entraîner ou favoriser, le directeur du CHU fait savoir que « les écoles, comme les transports, sont des lieux possibles de contamination. Il faudra donc une réaction extrêmement rapide en cas de suspicion, afin d’éviter une nouvelle vague dans la pandémie »

Thomas Le Ludec souligne également un constat positif, qui ne doit pas pour autant inciter chacun à faire n’importe quoi : « une diminution de l’intensité de la circulation virale, due au confinement » et un approvisionnement « désormais régulier » en masques et matériels de soin. Il met en avant un chiffre : 77 appels téléphoniques aux urgences de Montpellier liés au Covid-19, ce mercredi, contre près de 1.5000 lors de la troisième semaine du mois de mars. 

Il souhaite lui aussi que le masque soit rendu « obligatoire dans les transports en commun », en concluant : « nous sommes sur la bonne voie, mais il faut continuer », d’autant que « nous n’aurons pas de vaccin avant le début de l’année 2021 ». 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu