Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le CHU de Rennes centralise les dépistages pour le Grand Ouest

Le centre hospitalier universitaire de Rennes (Ille-et-Vilaine) est désormais centre de "référence" dans le Grand Ouest pour effectuer des tests de dépistage du coronavirus. En tout, ce sont 70 hôpitaux français qui ont activé la procédure pour limiter la propagation du virus.

Coronavirus : le centre hospitalier de Rennes se prépare
Coronavirus : le centre hospitalier de Rennes se prépare © Radio France - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

"On a mis en place la technique pour détecter ce fameux coronavirus. On est prêt à faire face à la demande des hôpitaux voisins", explique le docteur Vincent Thibault, virologue au Centre hospitalier universitaire de Rennes (Ille-et-Vilaine). 

Des tests pour le Grand Ouest

Le CHU fait parti des 70 hôpitaux français sélectionnés pour mettre en place des analyses spécialisées. "On va recevoir des tests des hôpitaux de Brest, Nantes et Angers",raconte le médecin avant d'ajouter, "mais d'ici quelques jours, ces hôpitaux seront autonomes et pourront eux-mêmes effectuer les analyses". 

L'objectif du virologue rennais et de ses équipes, est de détecter le plus vite possible les cas suspects dans cette partie de la France. En revanche, le médecin ne veut pas créer de panique : "Il faut bien dissocier les personnes infectées des personnes malades. On peut être infecté sans avoir la maladie." 

On fait face a une situation exceptionnelle mais on sait faire - Vincent Thibault, virologue au Centre hospitalier universitaire de Rennes  

En parallèle, Vincent Thibault, insiste sur le sérieux de la procédure et la réactivité des équipes du CHU de Rennes. "On prend la mesure de l’épidémie au jour le jour et même heure par heure, et on s'adapte. Mais vous savez, chaque année on s’adapte aussi à l’épidémie de grippe, c'est une situation assez similaire. Si nous avons trois patients qui arrivent aujourd'hui avec les symptômes du Coronavirus, on s'adapte. Si demain ils sont 50, on s'adaptera aussi. On fait face a une situation exceptionnelle mais on sait faire", insiste le virologue.

Pour l'instant, le CHU de Rennes gère seul la situation pour le Grand Ouest mais l’hôpital est prêt a recevoir de l'aide en cas de crise importante : " Il faut être très réactif. Aujourd'hui, l'effectif du laboratoire est suffisant mais ça ne présage absolument rien de ce qu'il va se passer à la fin de la semaine. Si nous avons trop de prélèvements, il faudra recruter. Mais il s'agit d'analyses très particulières, les profils ne courent pas les rues", raconte le médecin entre deux réunions. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu