Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : la vie sociale difficile à Aniane à cause de la fermeture des bars

-
Par , France Bleu Hérault

Jean Castex a annoncé que l'alerte maximale et le couvre-feu s'étendent à tout le département. Cela veut dire que les mesures de fermeture des bars toute la journée et des restaurants à partir de 21 heures s'appliquent à des communes rurales jusque là épargnées.

David Bonnaud doir fermer son bar à Aniane
David Bonnaud doir fermer son bar à Aniane © Radio France - Claire Moutarde

Le couvre-feu et l'alerte maximale sont généralisés à tout le département de l'Hérault à partir de ce vendredi soir minuit puis samedi de  21 heures à 6 heures du matin. Concrètement, tous les bars sont désormais fermés dans l'Hérault et les restaurants doivent baisser le rideau à 21 heures .  Des mesures qui jusque là n'étaient appliquées que dans le bassin de vie montpelliérain, dans les 31 communes de la métropole + 7 communes.

Le bar, seul lieu de vie sociale

Dans les communes rurales, c'est un vrai changement car les bars et les restaurants sont bien souvent les seuls lieux d'échanges, de rencontres, de vie sociale. A Aniane, commune de 3000 habitants du centre Hérault près de Saint Guilhem le Désert, on accuse le coup. Il y a deux bars qui vont devoir fermer et dis restaurants qui ne serviront pas le soir. Pour Alexandra Bon, patronne du Pavillon "c'est le coup de grâce. J'ai prévenu mes clients ce matin que j'allais fermer. C'est le désarroi pour eux. Ce sont des gens qui vivent seuls. Il faut comprendre qu'un bar, c'est pas le cliché des gens qui s'alcoolisent, qui se tapent dans le dos et qui se crachent dessus, dans un petit village comme le nôtre, c'est parfois le seul lien social. Ils sont en train de tuer nos villages". 

C'est le désarroi pour les clients - Alexandra Bon, patronne du Pavillon

Alexandra a contacté son comptable qui lui a confirmé qu'elle n'avait droit à aucune aide à part le chômage partiel, "les conséquences économiques de toutes ces mesures sont catastrophiques". Alexandra est accompagnée par sa maman, 70 ans, "je sais bien qu'il y a des risques mais est-ce qu'il ne vaut pas mieux vivre avec un risque que de vivre enchaîner et d'arrêter de vivre comme on le fait".

On ne peut plus draguer - Xavier

Xavier prend un demi avant de manger, il comprend les mesures mais c'est toute sa vie sociale qui en prend un coup "c'est pas drôle, on ne peut plus avoir de contacts avec les uns et les autres, on ne peut plus draguer ni d'un côté ni de l'autre.  C'est le bordel".

Le bar l'Esplanade au centre du village est fermé lui-aussi, "pas le choix de toutes façons mais je ne comprends pas, s'il y avait un cas de covid à Aniane, on le saurait", le patron David Bonnaud espère des aides "on va attendre que ces messieurs là-haut au gouvernement nous donne plus d'informations pour savoir si on a droit à quelque chose". Le restaurant à côté s'en sort pas trop mal, il restera ouvert le midi et il est bien situé. La terrasse est pleine, des gens qui travaillent dans le coin la plupart du temps, mais aussi des retraités comme Jean-Michel "on vient là au lieu d'aller manger chez nous parce que si les restaurateurs disparaissent, là on va pleurer". 

Pour Montpellier, on comprend mais pas pour des communes comme Aniane - Béatrice

Son épouse Béatrice ne comprend pas ces restrictions à Aniane "pour Montpellier, on peut comprendre mais ici, les distances sociales sont largement respectées, on est allé se balader à Saint Guilhem le Désert et c'est désert. On ne comprend plus ce qu'on droit de faire ou pas".

Des mesures indispensables pour le maire

Pour le maire Philippe Salasc, ces mesures sont indispensables, "il n'y a que 30 kms entre l'agglomération et Aniane, et il y a beaucoup de gens qui vivent ici et qui travaillent à Montpellier sans parler des étudiants qui sont à Montpellier la journée et qui rentre le soir. Il faut protéger la population et avant tout les plus fragiles. Je préfère être impopulaire et protéger mes administrés".

Les fééries de Noël maintenues

Pour ne pas complètement sombrer dans la sinistrose, Cédric Magne qui s'occupe des fééries de Noël chaque année garde le sourire et reste philosophe, "c'est dur pour nos restaurants et nos bars, il faut les aider, c'est ce qu'on va faire avec les fééries". 

la magie de Noël restera à Aniane ! - Cédric Magne

Un événement qui attire beaucoup de monde et qui devrait permettre aux commerçants de limiter la casse, "on s"adaptera aux horaires, évidemment les feux d'artifice seront annulés, mais la magie de Noël restera quand même !"

Alexandra Bon, patronne du Pavillon

Philippe Salasc, maire d'Aniane

Cédric Magne des fééries de Noël

reportage à Aniane

Choix de la station

À venir dansDanssecondess