Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le gouvernement envisage un couvre-feu avancé à 18h dès le 2 janvier dans certains territoires

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Un nouveau confinement n'est pas d'actualité, mais le couvre-feu pourrait être étendu dans les départements et les métropoles les plus touchés par l'épidémie de coronavirus à partir du 2 janvier, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran ce mardi soir.

Le gouvernement envisage un couvre-feu avancé à 18h dès le 2 janvier dans certains territoires.
Le gouvernement envisage un couvre-feu avancé à 18h dès le 2 janvier dans certains territoires. © Maxppp - Sébastien Muylaert

Invité sur le plateau de France 2 ce mardi soir, le ministre de la Santé a annoncé une concertation avec les préfets, les élus et les agences régionales de Santé (ARS) des zones les plus touchées par l'épidémie de coronavirus, notamment dans le Grand Est, en Auvergne-Rhône-Alpes, dans les Alpes-Maritimes et en Bourgogne-Franche-Comté. "Nous sommes sur un plateau depuis environ trois semaines avec environ 15 000 contaminations par jour. Nous sommes trop haut, ça n’augmente pas mais c’est trop élevé", a insisté Olivier Véran. "Il y a des disparités territoriales importantes, avec une sorte de gradient, avec l'Ouest de la France qui est moins touché, et l'Est de la France qui est plus touché", a-t-il détaillé.

Cette concertation, qui a déjà commencé, doit permettre de durcir les conditions de circulation pour limiter la propagation de l'épidémie. "Ce que nous écartons, c'est l'idée du confinement, nous ne voulons pas confiner à ce stade, ni un confinement généralisé, ni  un confinement local", a annoncé le ministre. En revanche, "nous allons proposer une extension du couvre-feu qui au lieu de démarrer à 20 heures démarrera à 18  heures dans l'ensemble des territoires dans lesquels cela s'avérera nécessaire". Cette mesure entrerait en vigueur à partir du 2 janvier, dans les départements et métropoles où le taux d'incidence est au-dessus du seuil d'alerte maximale, et "durera le temps nécessaire"

20 départements concernés à ce stade

Vingt départements sont à ce stade concernés par l'annonce du ministre de la Santé. Il s'agit de tous ceux du Grand-Est, mis à part le Bas-Rhin (Ardennes, Aube, Haute-Marne, Haut-Rhin, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Vosges), de l'ensemble de la Bourgogne-Franche-Comté à l'exception de la Côte d'Or (Doubs, Jura, Nièvre, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Yonne, Territoire de Belfort), de l'Ardèche et de l'Allier pour l'Auvergne-Rhône-Alpes, et des Hautes-Alpes et des Alpes-Maritimes pour la Région Sud Provence-Alpes-Côte-d'Azur, selon le ministère de la Santé.

Dans ces départements, les autorités de santé recensent plus de 250 personnes contaminées pour 100.000 habitants. La liste définitive des territoires concernés sera connue vendredi.

Le ministre de la Santé a également prévenu qu'au 7 janvier, date de revoyure des mesures de fermeture pour les théâtres, musées et cinémas, "il paraît difficilement concevable à ce stade de lever la totalité des contraintes". Des décisions seront annoncées "dans le courant de la semaine prochaine", a dit le ministre. 

Une "reprise incontrôlée" de l'épidémie à venir ?

L'intervention d'Olivier Véran coïncide avec la publication du dernier avis du Conseil scientifique qui juge qu'une "reprise incontrôlée" de l'épidémie de coronavirus en janvier ne peut être exclue. "Si les mesures de santé publique restrictives prises depuis octobre 2020 (couvre-feu, confinement partiel…) ont eu pour effet de diminuer considérablement la circulation du virus SARSCoV-2, on ne constate plus d’amélioration de la situation épidémiologique depuis début décembre et on constate même une légère dégradation", indique le Conseil scientifique.

"Dans ce contexte, et alors que depuis le 15 décembre le dispositif de santé publique a été allégé avec un couvre-feu de 20h à 6h du matin, il est possible qu’un surcroît de contaminations intervienne en fin d’année, notamment à l’occasion des fêtes, propices à des rassemblements familiaux et amicaux", dit l'instance. Le Conseil scientifique estime probable qu'un tel surcroît de contaminations "provoque à horizon de quelques semaines une reprise incontrôlée de l'épidémie, une forte augmentation des hospitalisations, des placements en réanimation et des décès", poursuit le Conseil scientifique.

Ce mardi soir, les nouvelles contaminations recensées au cours des dernières 24 heures se sont quant à elles élevées à plus de 11.000, soit plus du double du seuil de 5.000 qu'avait fixé le président de la République Emmanuel Macron pour engager la deuxième étape du déconfinement en France.

Le vaccin disponible d'ici fin janvier pour les "professionnels de santé de 50 ans et plus"

La campagne de vaccination contre le Covid-19 va être élargie aux "professionnels de santé de 50 ans et plus ou qui souffrent de maladies qui les exposent à des risques de forme grave" d'ici la fin du mois de janvier, a également annoncé Olivier Véran mardi. "Ensuite viendra le temps de la population générale", a-t-il ajouté en réponse aux critiques sur la lenteur de la campagne vaccinale entamée dimanche en France. Depuis dimanche, moins de 100 personnes ont été vaccinées alors que l'objectif est d'arriver à un million d'ici fin février.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess