Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le couvre-feu, pas le plus efficace mais "un compromis acceptable" selon le Pr. Bouchaud

-
Par , France Bleu Paris

Alors qu'Emmanuel Macron doit annoncer des mesures fortes pour tenter de stopper une 2eme vague de l'épidémie, le Pr. Olivier Bouchaud, chef de service à l'Hôpital Avicenne de Bobigny estime sur France Bleu Paris que le confinement reste la stratégie "la plus efficace" pour bloquer le virus.

Des soignants mobilisés en réanimation durant la crise sanitaire
Des soignants mobilisés en réanimation durant la crise sanitaire © Radio France - Alexis Sciard / IP3

A 19h55, le Président s'adresse aux Français ce mercredi 14 octobre pour annoncer de nouvelles restrictions pour contrer la propagation du virus qui s'emballe en France et particulièrement dans les grandes villes comme Paris. Parmi les pistes, l'idée d'un couvre-feu nocturne pour limiter nos contacts sociaux et éviter de submerger les hôpitaux sous tension. "Ce n'est pas la solution avec un grand L, pas la stratégie la plus efficace", concède le Professeur Olivier Bouchaud, chef du service maladies infectieuses à l'hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis), invité de France Bleu Paris ce mercredi. Le "confinement est malheureusement, ce qui marche le plus".

Le couvre-feu "peut freiner la circulation du virus", mais "d'un point de vue sanitaire si on veut bloquer la circulation du virus, re-confiner c'est le plus efficace" tout en admettant que "ce n'est pas envisageable" avec  "le coût à payer sur le plan économique et social". Le couvre-feu serait donc "un compromis acceptable par rapport au confinement". 

Attention aux effets contradictoires du couvre-feu

Mais attention aux "effets contradictoires" du couvre-feu, ajoute-t-il, surtout si les gens habitent dans des "petits logements avec beaucoup de personnes", "maintenir les gens chez eux, alors qu'ils ont été en milieu professionnel dans la journée" peut être contre-productif. 

Ce nouveau tour de vis arrivera-t-il trop tard ? "Il n'est jamais trop tard pour faire quelque chose" réagit le Pr. Bouchaud, en reconnaissant que "si on avait mis en place des mesures coercitives plus tôt, le frein aurait été plus efficace". A ce jour, plus de 500 patients Covid sont hospitalisés dans les services de réanimation de la région sur 1.150 lits disponibles, sans compter les autres malades hors Covid. 

A l'hôpital Avicenne de Bobigny, 16 lits sont occupés par des patients Covid aujourd’hui, soit presque le maximum des capacités, et 30 malades occupent des lits non-réanimatoires. A titre de comparaison, au plus fort de la première vague, "150 lits" étaient occupés par des patients Covid. 

Des soignants fatigués psychologiquement

Ce nouvel afflux de patients survient à un moment critique pour les équipes qui sont "fatiguées psychologiquement, et physiquement aussi", prévient le Pr. Bouchaud. Les soignants "savent que ça va être difficile dans les semaines qui viennent parce que le nombre de patients augmentent non pas de façon explosive mais de façon très régulière depuis fin août."

A cela s'ajoutent les autres activités médicales qu'il faut gérer et qui sont "plus importantes que d'habitude parce qu'on n'a pas encore digérer le retard pris, pendant la première vague."

Les équipes redoutent cette deuxième vague qui s'annonce plus longue dans la durée. "On pense que ça va durer tout l'hiver".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess