Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le délai de "trois ou quatre semaines" entre deux doses du vaccin Pfizer est maintenu

-
Par , France Bleu

Olivier Véran, ministre de la Santé, annonce ce mardi que le délai de "trois ou quatre semaines" entre deux doses du vaccin Pfizer est maintenu. Décision prise alors que deux autorités sanitaires préconisaient de l'allonger à six semaines.

Le gouvernement maintient de délai de "trois ou quatre semaines" entre deux injections du vaccin Pfizer/BioNTech
Le gouvernement maintient de délai de "trois ou quatre semaines" entre deux injections du vaccin Pfizer/BioNTech © AFP - Frédéric Scheiber / Hans Lucas

Alors que le gouvernement examinait la possibilité d'allonger le délai entre deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech, comme le pratique le Royaume-Uni, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce mardi le maintien du délai entre deux injections à "trois ou quatre semaines". 

Cette décision a été prise en dépit des avis de deux autorités sanitaires qui estimaient qu'on pouvait l'allonger à six semaines. "Nous sommes face à une part d'inconnu, je fais le choix de la sécurité des données validées", s'est justifié le ministre.

"Faiblesse des connaissances scientifiques"

Lors d'une conférence de presse, Olivier Véran, accompagné d'Alain Fischer, professeur d'immunologie chargé de conseiller le gouvernement sur la campagne de vaccination, a observé une "absence de consensus scientifique" sur une telle mesure. "Je maintiens donc sur la base des informations dont je dispose le délai d'injection entre deux injections Pfizer à 21 ou 28 jours", a-t-il ajouté, mettant en avant la "faiblesse des connaissances scientifiques" et l'"absence de données" sur de nombreux points. 

Olivier Véran, appuyé par Alain Fischer, a notamment relevé qu'un allongement du délai permettrait certes, à court terme, à plus de personnes de recevoir une première dose mais que cela aurait un "impact mineur sur le rythme de la vaccination", à deux ou trois mois. "Fin mars, début avril, le nombre de personnes vaccinées serait le même", a confirmé Alain Fischer.

L'immunologue a pour sa part insisté sur les "quelques éléments de signaux d'alerte" quant à l'efficacité dans la durée de la première dose, notamment chez les personnes âgées, les plus fragiles. "Les conséquences d'un espacement, on ne les connaît pas du tout" sur le niveau de protection des personnes vaccinées même après l'injection du rappel, a prévenu Alain Fischer, ce qui pourrait poser problème face à des nouveaux variants plus dangereux.

"L'argument relatif au variant mis en avant pour espacer les doses peut être au contraire utilisé pour maintenir l'espacement à pas plus de 28 jours", a-t-il dit, soulignant la "complexité de l'analyse".

Deuxième dose sécurisée

Début janvier, le ministère de la Santé affirmait déjà son intention de suivre les préconisation des laboratoires Pfizer/BioNTech : une injection à deux reprises à trois semaines d'intervalle. Cela permet une efficacité à 95% du vaccin, contre 70% si une seule dose est reçue, selon les laboratoires.

La stratégie vaccinale française prévoit également de sécuriser les stocks pour la deuxième dose. Au moment de la première injection, la deuxième dose est mise de côté dans un centre de stockage, pour contrer un éventuel problème d'approvisionnement. La moitié des vaccins sont donc stockés dans des congélateurs pendant trois semaines, et moins de monde est vacciné. Mais cette stratégie assure, selon le ministère de la Santé, que tout le monde recevra deux doses dans les délais prévus par le protocole de vaccination.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess