Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le dépistage massif se poursuit à Saint-Maixent-l'Ecole

-
Par , France Bleu Poitou

Une opération de dépistage massif du covid-19 est en cours à Saint-Maixent-l'Ecole, dans les Deux-Sèvres. A la mi-journée ce mardi, 750 tests avaient été réalisés à l'ENSOA, l'école militaire.

Un dépistage massif est en cours à Saint-Maixent-l'Ecole
Un dépistage massif est en cours à Saint-Maixent-l'Ecole © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Une campagne massive du dépistage du coronavirus est toujours en cours à Saint-Maixent-l'Ecole, dans les Deux-Sèvres. D'abord au niveau de l'hôpital250 personnels ont été testés au coronavirus. Une cinquantaine de patients doivent l'être ce mercredi. Prélèvements décidés après la confirmation de 20 cas positifs de covid-19 depuis début avril.

Le gymnase de l'ENSOA transformé en centre de dépistage

L'autre site qui fait l'objet d'un dépistage massif dans la commune, c'est l'ENSOA, l'école nationale des sous-officiers d'active à la suite de la confirmation de trois cas asymptomatiques dans l'encadrement. 1800 prélèvements doivent être réalisés. A la mi-journée ce mardi 26 mai, 750 tests avaient été effectués.

Depuis le début de l'opération ce lundi 25 mai, se poursuit. Le gymnase de l'ENSOA est transformé en zone de dépistage avec cinq grands boxes aménagés où travaillent cinq équipes de deux soignants.

Des prélèvements ensuite envoyés à l'hôpital de Poitiers, qui a la capacité d'analyse nécessaire. Il y a déjà des retours sur les premiers tests mais "ils sont trop peu nombreux pour tirer une tendance", indique ce mardi Laurent Flament, directeur de l'agence régionale de santé dans les Deux-Sèvres. Les résultats définitifs doivent être connus en fin de semaine. 

"Les liens ne sont pas établis à ce stade", précise Laurent Flament entre les cas groupés de l'ENSOA et ceux de l'hôpital. "Un travail en profondeur a été repris par Santé publique France pour questionner, renseigner", poursuit-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu