Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le député Jean-Luc Reitzer de retour chez lui après deux mois et demi à l'hôpital

Le député LR du Haut-Rhin Jean-Luc Reitzer, premier parlementaire officiellement atteint par le coronavirus, est rentré chez lui il y a deux semaines après avoir frôlé la mort. Il a passé deux mois et demi à l’hôpital de Mulhouse dont un mois dans le coma.

Le député Jean-Luc Reitzer a retrouvé son domicile d'Altkirch après deux mois et demi passés à l'hôpital.
Le député Jean-Luc Reitzer a retrouvé son domicile d'Altkirch après deux mois et demi passés à l'hôpital. © Radio France - Patrick Genthon

Le député LR du Haut-Rhin Jean-Luc Reitzer, premier parlementaire officiellement atteint par le coronavirus, est rentré chez lui il y a deux semaines après avoir frôlé la mort. Après des premiers symptômes dès fin février, il a passé deux mois et demi à l'hôpital Emile-Muller de Mulhouse, dont quatre semaines dans le coma, et son pronostic vital a été engagé à deux reprises.

Il a enfin pu rentrer chez lui, à Altkirch, mi-mai, mais il a perdu 20 kilos et reste en convalescence.  Il a appris le décès de plusieurs élus et vu les ravages de la maladie dans de nombreuses communes de sa circonscription. 

Miraculé

Il a le sentiment d’être un peu un miraculé : « C’est ce que me disaient les médecins, vous êtes une énigme à nos yeux. J’ai passé des moments difficiles et à deux reprises mon pronostic vital était engagé".

Pour lui, cela a été une leçon de vie : "Je ne voulais pas mourir, j'ai encore des choses à faire".  De ses semaines dans le coma, le député dit ne se souvenir "de rien, hormis de cauchemars".  Ensuite, "il a fallu tout réapprendre, à marcher, à boire, à manger, tenir debout, tous mes muscles avaient fondu. Je voulais m'en sortir, ça a progressé petit à petit."

Professionalisme et humanité à l'hôpital

Ce qu’il retient c’est avant tout la grande humanité ressentie dans cet hôpital de Mulhouse ."Une humanité, une attention toute particulière en plus du professionnalisme. Quand je n’avais pas le moral, les infirmières venaient m'encourager".

Ses pensées vont aussi aux anonymes, "ceux qui luttent encore, car la maladie est toujours bien présente". Interrogé sur les conséquences de cette épreuve sur son action politique, il répond qu'il faudra absolument revaloriser la situation des personnels soignants. 

Le député va reprendre avec ménagement son activité de parlementaire. Il ne devrait pas se rendre au palais Bourbon avant le mois de septembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu