Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le gouvernement demande aux entreprises de constituer un stock préventif de masques

-
Par , France Bleu

Le gouvernement conseille ce lundi aux entreprises de constituer un stock préventif de masques de "10 semaines" pour faire face à l'épidémie de coronavirus, toujours en circulation en France. L'ancienne secrétaire d'État à l'Économie Agnès Pannier-Runacher l'avait déjà dit devant les sénateurs.

Des stocks de masques chirurgicaux (Photo d'illustration).
Des stocks de masques chirurgicaux (Photo d'illustration). © Radio France - Florence Gotschaux

Le gouvernement demande aux entreprises dans une note ce lundi de constituer des stocks préventifs de masques pour "10 semaines", au cas-où, alors que la circulation du coronavirus est toujours active en France. 

"Il vous faut donc veiller collectivement à disposer, dans la durée, des équipements nécessaires à la protection des salariés pour assurer la continuité de votre activité", écrit l'exécutif dans cette note adressée aux employeurs. 

Agnès Pannier-Runacher l'avait déjà annoncé début juillet

La secrétaire d'État à l'Économie à l'époque, Agnès Pannier-Runacher, l'avait déjà annoncé devant les sénateurs le 1er juillet dernier. "Nous préparons la rentrée et il y a un risque de re-circulation du virus (...), et nous demanderons aux entreprises de prévoir 10 semaines de stocks de masques, avec un petit rappel du fait que nous avons désormais des producteurs français", avait-elle déclaré durant son audition. 

Elle avait signé une note qui devait être paraphé par l'ancienne ministre du Travail Muriel Pénicaud et l'actuel ministre de la Santé, Olivier Véran.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess