Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le Grand Est en rouge pour un indicateur

Le taux de reproduction effectif du coronavirus, cet indice qui permet de mesurer combien de personnes sont contaminées en moyenne par un malade, s'élève à 1,72 dans le Grand Est. Le taux de tests positifs reste en revanche "au vert" et les autorités multiplient les dépistages.

Illustration coronavirus.
Illustration coronavirus. © AFP - DENIS CHARLET

Le retour du Grand Est en rouge sur la carte du Covid-19, mais pour un indicateur : celui du taux de reproduction effectif, qui mesure combien de personnes sont contaminées par un malade. Santé Publique France a annoncé jeudi soir que le R0 du Grand atteignait 1,72, ce qui place la région "en rouge".

Le taux de reproduction en hausse 

Avec un taux de reproduction de 1,72, le Grand Est est au-dessus de la moyenne nationale (1,29). La Bretagne (1,87) et la Nouvelle Aquitaine (1,51) sont également en rouge. Un "R" inférieur à 1 reflète une diminution du nombre de nouveaux cas, explique le ministère de la santé, ,alors qu’un "R" supérieur à 1 traduit une tendance à l’augmentation du nombre de cas. Cet indicateur doit cependant s'apprécier en fonction d'autres critères.

Le taux d'incidence : variable selon les départements

Avec le taux d'incidence, on mesure le nombre de nouveaux cas, pour 100.000 habitants, sur sept jours. Les Vosges avec un taux d'incidence de 20 et le Haut-Rhin avec un taux de 13,3 font partie des sept départements métropolitains dépassant les 10 pour 100 000. Mais seules les Vosges sont, depuis le 21 juillet, considérées "à risque modéré" avec la Gironde et le Finistère). 

En Meurthe-et-Moselle où le un taux d'incidence s'élève à 8,1 nouveaux cas pour 100 000 habitants, le préfet met en garde met en garde "contre tout relâchement dans l'application des gestes barrières et de la distanciation sociale". Selon la préfecture, le virus se transmet notamment lors de soirées et de rassemblements festifs, entre amis ou en famille,

Les différents indicateurs de la surveillance du Covid-19 rassemblés en trois infographies :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Lors d'un point presse le 20 juillet, l'Agence régionale de santé du Grand Est avait pointé l'augmentation des consultations pour suspicion de Covid-19 chez SOS Médecins. Dans son point hebdomadaire, qui porte sur la semaine du 13 au 19 juillet et publié ce vendredi, Santé Publique France indique en revanche que le nombre de nouvelles hospitalisations et celui des admissions en réanimation sont en baisse par rapport à la semaine précédente. 

Le taux de positivité des tests de dépistage reste en vert dans le Grand Est, où il oscille, selon les départements, entre 0,1% dans les Ardennes et 3,7% pour les Vosges. Il s'élève à 1,4% en Meurthe-et-Moselle. Mais si les campagnes de dépistage s'intensifient, Santé Publique France, dans son analyse nationale au 23 juillet, note que "l’augmentation des cas observée depuis la semaine 27 n’est pas  uniquement liée à l’intensification des actions de dépistage de personnes asymptomatiques (...) mais reflète une augmentation réelle du nombre de cas symptomatiques."

Où se faire dépister dans le Grand Est ?

Les campagnes de dépistages se multiplient. Les autorités veulent détecter les personnes porteuses du virus qui ne présentent pas de symptômes, mais "représentent un risque important de propagation".

  • Dans le Haut-Rhin, une expérimentation débute lundi 27 juillet pour six semaines dans l'agglomération mulhousienne. Chaque habitant va recevoir un bon de prescription pour un test PCR (test nasal) et un test sérologique (sanguin). Cela fait 120.000 personnes concernées.
  • Dans la Marne, à Châlons-en-Champagne, une journée de dépistage gratuit et sans rendez-vous est organisée ce samedi place du marché aux fleurs.
  • Dans les Ardennes, la campagne en cours a permis de réaliser plus d'un millier de tests par semaine. 
  • En Moselle, une opération de tests est organisée ce vendredi et samedi à Forbach

Sur cette carte, accessible également via ce lien, figurent tous les sites de prélèvements du Grand Est :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess