Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : l'Agence du médicament veut suspendre les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine

Par

L'Agence du médicament a annoncé ce mardi vouloir suspendre les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine en France. Le ministre de la Santé Olivier Véran avait demandé une révision des règles de prescription de ce traitement, après la parution d'une étude qui remettait en cause son efficacité.

Des scientifiques travaillent au laboratoire P3 de l'IHU de Marseille où est cultivé le coronavirus. Des scientifiques travaillent au laboratoire P3 de l'IHU de Marseille où est cultivé le coronavirus.
Des scientifiques travaillent au laboratoire P3 de l'IHU de Marseille où est cultivé le coronavirus. © Maxppp - Gilles Bader

Saisi par le ministre de la Santé Olivier Véran, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a émis ce mardi une révision des règles dérogatoires de prescription de l'hydroxychloroquine. L'instance a recommandé de "ne pas utiliser l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19" hors essais cliniques, que ce soit seule ou associée à un antibiotique.

Publicité
Logo France Bleu

Délai de 24 heures pour l'arrêt des essais

Dans la foulée, l'Agence du médicament (ANSM) est allée au-delà de ces recommandations, en annonçant vouloir suspendre les essais cliniques menés sur l'hydroxychloroquine, suivant ainsi la décision de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette dernière avait indiqué lundi avoir suspendu "temporairement" les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine qu'elle mène avec ses partenaires dans plusieurs pays, par mesure de précaution.

L'ANSM précise que cette suspension prendra effet après un délai de 24 heures de procédure contradictoire auprès des organisateurs des 16 essais autorisés en France portant sur cette molécule.

Publication d'une étude jugeant le traitement inefficace

Cette décision fait suite à la publication d'une étude vendredi dans la revue médicale The Lancet jugeant inefficace voire néfaste le recours à la chloroquine ou à ses dérivés comme l'hydroxychloroquine contre le Covid-19. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait de son côté indiqué lundi avoir suspendu "temporairement" les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine qu'elle mène avec ses partenaires dans plusieurs pays, par mesure de précaution.

L'hydroxychloroquine est un dérivé de la chloroquine, prescrite depuis plusieurs décennies contre le paludisme. Connue en France sous le nom de Plaquénil, l'hydroxychloroquine est prescrit contre le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde.
L'hydroxychloroquine connaît depuis fin février une notoriété inédite depuis que le professeur français Didier Raoult a rendu publiques plusieurs études, qui selon lui montrent une efficacité de l'hydroxychloroquine associée à un antibiotique, l'azithromycine.

L'effervescence autour de l'hydroxychloroquine a connu un regain lorsque le président américain Donald Trump s'en est fait l'apôtre, au point d'en prendre lui-même quotidiennement à titre préventif. Au Brésil, le président Jair Bolsonaro est convaincu de ses effets, au point que le ministère de la Santé a recommandé son usage pour tous les patients légèrement atteints.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu