Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le navire-usine Odeep One à Sète veut doubler la production française de gel hydro-alcoolique

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Un navire-usine basé dans le port de Sète modifie sa chaîne de production pour fournir en grande quantité du gel hydro-alcoolique, nécessaire à la lutte contre l'épidémie de Covid-19. Ses propriétaires ambitionnent de doubler en quelques jours la production française.

Le Navire-usine Odeep One, basé à Sète,  entend produire un million de bouteilles de gel hydro-alcoolique dès sa deuxième semaine de fonctionnement
Le Navire-usine Odeep One, basé à Sète, entend produire un million de bouteilles de gel hydro-alcoolique dès sa deuxième semaine de fonctionnement © Maxppp - Guillaume Horcajuelo

Un navire basé dans le port de Sète a entamé mercredi 1er avril la production à grande échelle de gel hydro-alcoolique, nécessaire à la lutte contre le coronavirus. Odeep One, c'est le nom de car-ferry propriété de la société OFW SHIPS, est normalement une usine d'embouteillage d'eau de mer puisée au large et dessalée à bord. Il a modifié ses installations en moins de deux semaines pour répondre à la soudaine demande de gel.

Reconversion express

Mi-mars, le bateau s'est retrouvé bloqué à quai pour cause de confinement. "Alors on s'est porté volontaire auprès du ministère, de la cellule de crise", raconte Régis Revilliod, armateur et président-fondateur de la société OFW SHIPS. 

Un million de bouteilles par semaine

"Ils ont tout de suite accepté puisqu'on est en capacité de faire la première semaine 300.000 bouteilles et la deuxième, un million. Ce qui va doubler la capacité française, continue Régis Revilliod. Parce qu'en fait la solution hydro-alcoolique c'est un micro marché. Il n'y a pas d'usine en France capable d'embouteiller à ces cadences". Du moins pas d'usine classée niveau 3 de sécurité.  

"On nous attend comme le messie".

Le mardi 31 mars, le navire a été livré par un premier camion d'éthanol. La production a été lancée le lendemain. "On fait notre mélange, on embouteille et ensuite on expédie. Aujourd'hui il n'y a pas de produit sur le marché. On nous attend comme le messie".

"Il n'y a pas d'usine en France capable d'embouteiller à ces cadences". Régis Revilliod, président de OFW Ships

Le prix de ces bouteilles est fixé par l'Etat. La société se dit prête à maintenir cette activité aussi longtemps que nécessaire pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu