Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le nombre d'hospitalisations au CHU de Montpellier, plus élevé qu'au pic de la première vague

-
Par , France Bleu Hérault

Ce vendredi 30 octobre 2020, 152 patients Covid sont hospitalisés au CHU de Montpellier, soit 10% de plus que lors du pic enregistré à la fin du mois de mars. Le Centre hospitalier est déjà saturé de patients non-Covid. Pour les professionnels, la seconde vague est plus éprouvante que la deuxième.

La quasi-totalité des patients COVID hospitalisés au CHU de Montpellier ont entre 50 et 90 ans. (Image d'illustration)
La quasi-totalité des patients COVID hospitalisés au CHU de Montpellier ont entre 50 et 90 ans. (Image d'illustration) © Maxppp - Alexandre Marchi

Le nombre de patients Covid hospitalisés au Centre hospitalier universitaire de Montpellier dépasse le record enregistré au printemps. Ce vendredi 30 octobre 2020, 152 malades sont soignés au CHU, soit 10% de plus qu'en mars dernier. Les équipes affrontent une seconde vague plus éprouvante que la première.

"La première différence, c'est que le confinement arrive à un moment où on a déjà beaucoup de patients Covid, explique Pascal Touarel, président de la Commission médicale d'établissement du CHU. On commence avec un palier plus élevé." En moyenne, les patients hospitalisés sont âgés de 65 ans, mais la quasi-totalité d'entre eux ont entre 50 et 90 ans. L'hôpital prévoit d'ouvrir des lits, de 92 à 102 dans le service de médecine et de 45 à 53 en réanimation.

On n'aurait pas de difficulté à prendre ces patients si on déprogrammait tout le reste, mais déprogrammer, c'est aussi une perte de chances considérable pour tout le reste des soins - Professeur Pascal Touarel, du CHU de Montpellier

"C'est plus difficile car nous n'avons pas déprogrammé autant d'opérations que lors de la première vague, explique Pascal Touarel, président de la Commission médicale d'établissement du CHU. Les lits sont occupés pour d'autres pathologies. On ne peut pas les réquisitionner pour traiter des patients Covid."

C'est vraiment primordial que chacun d'entre nous respecte les gestes barrières, sinon, on n'y arrivera pas - Thomas Le Ludec, directeur général du CHU

L'hôpital doit chercher un équilibre entre maintien et report des autres interventions chirurgicales, d'autant que les équipes sont très sollicitées. En une dizaine de jours, 70 agents ont été testés positifs au coronavirus. "Aujourd'hui, on tient, souffle Pascal Touarel. Mais si ça continue à augmenter de façon exponentielle, on ne pourra pas suivre en termes humain, médical et paramédical."

Les services de réanimation héraultais comptent à ce jour 53 patients, soit une multiplication du chiffre par 1.5 en deux semaines. Les établissements publics et privés travaillent de concert pour accueillir au mieux tous les patients. "Le principe, c'est de ne jamais dire non", rassure Laurent Ramon, directeur régional du groupe privé Cap Santé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess