Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le pic en réanimation "est derrière nous" selon Christian Rabaud, infectiologue au CHRU de Nancy

Christian Rabaud, président de la commission médicale d'établissement du CHRU de Nancy, était l'invité de France Bleu dans le Grand Est ce lundi. La situation est moins tendue en réanimation, selon l'infectiologue lorrain.

Christian Rabaud, président de la commission médicale d''établissement du CHRU de Nancy
Christian Rabaud, président de la commission médicale d''établissement du CHRU de Nancy © Maxppp - Alexandre Marchi

Une lueur d'espoir pour la région Grand Est. Alors que les services d'urgences alsaciens étaient moins sollicités la semaine dernière, la décrue des formes graves de Covid-19 semble se confirmer dans la région comme l'a expliqué ce lundi Christian Rabaud, infectiologue et président de la commission médicale d'établissement du CHRU de Nancy. Il était l'invité de France Bleu dans le Grand Est.

Selon Christian Rabaud, "on peut dire que le pic d'occupation de nos lits de réanimations est derrière nous". Il a été atteint au début du week-end. "Cela démontre incontestablement que le confinement, ça marche et il faut le poursuivre très sérieusement", pour Christian Rabaud.

Au 5 avril 2020, 4 739 personnes étaient hospitalisées pour Covid-19 dans le Grand Est, dont 950 en réanimation, pour 1197 lits disponible dans la région (chiffre ARS). Le nombre de décès continue lui d'augmenter avec 1471 victimes dans les établissements sanitaires de la région, selon les données mises en ligne par le gouvernement.

Il ne comprend plus les transferts à l'étranger

Une tendance à la décrue incompatible selon le médecin nancéien avec de nouveaux transferts de patients à l'étranger, alors que plusieurs doivent s'envoler pour la République Tchèque

"Je fais partie de ceux qui ont demandé ces transferts au moment où la région était en tension et je remercie le Sud-Ouest, l'Allemagne, le Luxembourg, la Suisse de nous avoir prêté main forte. Mais ce matin, nous avons plus de cent lits disponibles dans le Grand Est. Je ne comprends pas l'intérêt de faire prendre des risques à des patients. Les envoyer en République Tchèque, c'est un voyage compliqué pour des patients intubés et ventilés. C'est désormais un non-sens économique."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess