Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

RÉCAP - Coronavirus : 10e jour de confinement, les infos en Moselle ce jeudi 26 mars

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Lorraine Nord

Au lendemain de l'annonce d'un grand plan pour l'hôpital par Emmanuel Macron à Mulhouse, voici ce qu'il faut retenir de la crise sanitaire ce jeudi dans le Grand Est, la Moselle et le Pays Haut.

Un avion de la Police aux Frontières est utilisé pour effectuer des surveillances au-dessus des circonscriptions de Metz et Thionville.
Un avion de la Police aux Frontières est utilisé pour effectuer des surveillances au-dessus des circonscriptions de Metz et Thionville. - Police nationale 57

Neuvième jour de confinement, en Moselle comme dans le reste du pays. Entre nouvelles mesures pour soutenir la population et l'hôpital, et évolution de l'épidémie, vous retrouverez ci-dessous toutes les informations liées au coronavirus pour cette journée du jeudi 26 mars.

> Cliquez ici pour mettre à jour l'article

L'essentiel

  • La barre des 500 morts franchie dans le Grand Est. Vous retrouverez un bilan plus complet de l'épidémie de coronavirus ci-dessous.
  • Emmanuel Macron, en visite à Mulhouse hier, a annoncé un plan exceptionnel pour le personnel hospitalier qui lutte contre la maladie, et qui est pourtant en grève depuis plus d'un an pour réclamer plus de moyens.
  • Une vingtaine de patients vont quitter aujourd'hui les hôpitaux alsaciens à bord d'un TGV médicalisé.
  • "Les deux facettes de l'être humain"... Le local des Restos du Coeur de Marange-Silvange a été cambriolé, quelques jours après la grande collecte nationale.
  • Un habitant de Condé-Northen a craqué, à cause du confinement : il a menacé de tuer sa femme et de se suicider ensuite. Les gendarmes l'ont interpellé.
  • Petit imbroglio autour du couvre feu à Guénange : instauré mardi par le maire, l'arrêté a été annulé car non réglementaire. Ce sont aux préfectures de prendre ce genre d'arrêtés.
  • L'activité a repris chez ArcelorMittal Florange, contre l'avis des syndicats qui dénoncent le manque de mesures appropriées pour protéger les salariés du coronavirus.

Suivez notre direct

18h25 : La ville de Florange prend un arrêté pour instaurer un couvre-feu. Il prendra effet ce jeudi soir, jusqu'à nouvel ordre. Les sorties sont interdites entre 21 heures et 6 heures du matin. Sauf les déplacements professionnels, ou de santé, attestation à l'appui.

17h45 : Le CHR Metz-Thionville prend des mesures spécifiques concernant les visites à la maternité en pleine épidémie de coronavirus. La décision a été prise de limiter les visites du conjoint, à la condition qu'il ou elle ne présente aucun symptôme et en appliquant des mesures sanitaires renforcées. Aucune autre visite (parents, proches, famille, amis) n'est possible.

17h35 : Attention, Thionville lance une alerte sur son compte Twitter. Une fausse circulaire est distribuée dans les boîtes aux lettres, annonçant des nouvelles mesures de la mairie pour encadrer le confinement. 

17h10 : Le coup de gueule d'un artisan mosellan. Le gouvernement aimerait que les entreprises du bâtiment et des travaux publics retournent sur les chantiers. C'est "impossible et incohérent" répond le patron d'une PME de Fèves. Patrick Koltes, patron d'Effikass, spécialisée dans le génie électrique emploie 18 personnes. Il rappelle qu'il manque de gants et de masques pour ces équipes et que les gestes barrières contre les maladies sont difficilement applicables dans son secteur

16h45 : Après le cambriolage du local des Restos du Coeur à Marange-Silvange, la Banque Alimentaire de la Moselle fait savoir qu'elle a été victime d'une tentative d'effraction dans la nuit de lundi à mardi à Metz. Les voleurs n'ont pas réussi à rentrer mais ils ont endommagés les accès du local. Des faits "inqualifiables" dénonce l'association caritative.

16h15 : François Grosdidier, candidat Les Républicains, à la mairie de Metz, demande la mise en place d'un couvre-feu dans la ville. Il suggère un couvre-feu "comme l'ont déjà fait les maires de plus de cent grandes villes de France, et de revoir immédiatement les conditions d'emploi des policiers municipaux de Metz pour leur permettre de renforcer la nuit les moyens de la Police nationale."

15h10 : Contrairement à Amnéville, la mairie de Metz n'envisage pas d'opération de désinfection "sous cette forme" de l'espace public. Elle s'en explique sur son compte Twitter : "L’utilisation de produits à base de javel, même diluée, constitue un risque pour les riverains et les animaux domestiques, une pollution des sols non-négligeable néfaste aux espaces verts et en cas de pluie, une pollution du réseau d'eau pluviale et de la nappe phréatique." "Une telle démarche, au demeurant, n'a pas démontré scientifiquement son efficacité si l'on considère la durée de vie du virus dans cet environnement", ajoute la mairie de Metz.

15h : Au dixième jour du confinement, la Police nationale en Moselle survole Metz et Thionville à bord d'un avion de la Police aux Frontières pour surveiller si les restrictions de sortie sont bien respectées.

14h25 : Le département de la Moselle a créé un site internet, en partenariat avec Pôle emploi, pour permettre, notamment aux bénéficiaires du RSA, de s'inscrire pour travailler auprès d'agriculteurs mosellans. 200.000 postes sous statut salarié sont ouverts pour les trois prochains mois, précise le département. Pour s'inscrire, il faut aller sur la plateforme suivante : desbraspourtonassiette.wizi.farm

14h10 : Une nouvelle vidéo de soutien aux professionnels mobilisés pendant cette épidémie de coronavirus, elle a été réalisée par les enfants de l'accueil périscolaire et les jeunes de l'association de Noisseville, près de Metz.

13h40 : Arkema partage ses stocks de masques et de gants. Le chimiste installé sur la plateforme de Carling a livré ce jeudi 1.000 équipements de protection à la municipalité de Saint-Avold. Ces masques et ces gants seront ensuite redistribués localement. La veille, Arkema avait fait parvenir 3.000 masques et 2.000 paires de gants à la clinique Saint-Nabord de la ville . 

12h20 : Eux aussi sont énervés. Des syndicats d'enseignants dénoncent ce jeudi, les déclarations de la porte-parole du gouvernement mercredi, Sibeth N'Diaye. Pour pallier le manque de main d'oeuvre agricole dans le Sud de la France, elle a évoqué la possibilité que "des enseignants qui ne travaillent pas en ce moment" puissent y participer. Elle s'est depuis excusée. Mais ces propos ont fait mal selon Magali Leclaire, secrétaire régionale de l'Unsa éducation dans le Grand Est :  "Laisser penser que nous ne serions pas à l'école, donc en repos, donc disponibles pour aller cueillir des fraises, ça fait très mal, ça a énervé voire démobilisé certains."

12h : Originaire de Forbach, le chanteur Helmut Fritz, reprend son tube "Ça m'énerve", qui s'était vendu à plus de 500.000 exemplaires en 2009, au goût du jour, sur le thème du coronavirus et du confinement, il a publié une nouvelle version sur les réseaux sociaux.

11h20 : Un train sanitaire est parti en fin de matinée de Strasbourg avec des patients du Grand Est pour les emmener dans les hôpitaux du Pays de la Loire.

11h15 : Plusieurs routes départementales de Moselle-Est sont fermées ou sont soumises à des limitations de tonnage ou à des barrages filtrants, en raison de la fermeture des frontières allemandes. C'est le cas notamment de la RD 65 à Guerstling, de la RD 954 à Villing, la RD 55 à Merten, la RD 73 à Creutzwald, la RD82A à Sarreguemines. Tous les détails de ces fermetures est à retrouver : ici.

11h : La traditionnelle marche entre Nancy et Metz prévue le 8 mai prochain est annulée. "Les personnes déjà inscrites seront intégralement remboursées sous une quinzaine de jours", précise l'organisation du Nancy Metz à la marche sur son site internet.

10h45 : La ville d'Amnéville organise ce jeudi une opération de désinfection des espaces publics (trottoirs, voies d'accès aux pharmacies, aux cabinets médicaux, aux Ehpad et aux commerces autorisés). "Des éléments sur la voie publique susceptibles d'être touchés avec les mains, comme les bancs, les abribus, les poubelles" vont aussi être désinfectés, précise la mairie dans un communiqué. "L'opération pourra être renouvelée jusqu'à la fin du confinement par pulvérisation d’un produit désinfectant à base de javel diluée", ajoute le communiqué.

Un produit désinfectant à base de javel est utilisé pour désinfecter l'espace public à Amnéville. - Aucun(e)
Un produit désinfectant à base de javel est utilisé pour désinfecter l'espace public à Amnéville. - DR / Mairie d'Amnéville

8h35 : Hier soir à 19h30, les cloches de toutes les églises de France ont retenti, en signe de soutien aux patients et aux malades du coronavirus. Exemple à Moulins-lès-Metz dans ce tweet de notre journaliste Rachel Noël.

8h25 : C'est le premier cas de Covid-19 dans une prison lorraine. Un détenu du centre pénitentiaire de Metz-Queuleu a été contrôlé positif au coronavirus, et a été hospitalisé à Nancy, dans une unité spécialisée, l'Unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI). Si le syndicat Force Ouvrière relaye la colère des surveillants pénitentiaires, la direction de l'administration pénitentiaire du Grand Est estime au contraire que des mesures de protection efficaces ont été prises pour protéger les agents.

8h15 : Selon le professeur Christian Rabaud, président de la Commission Médicale d'Etablissement (CME) du CHU de Nancy et docteur en maladies infectieuses, le pic de l'épidémie de coronavirus dans le Grand Est devrait arriver le week-end prochain, aux alentours des 28-29 mars. Il précise qu'une fois ce pic atteint, les choses ne vont pas s'améliorer tout de suite dans nos hôpitaux : "il va falloir deux à trois semaines, avant que le personnel soignant puisse souffler un peu et que les hôpitaux commencent à se vider". Le Pr Rabaud insiste aussi sur la nécessité d'évacuer des patients lorrains vers des établissements qui ne sont pas encore saturés ailleurs en France, pour justement ne pas atteindre le degré de saturation que connaissent nos voisins alsaciens.

Durée de vie du Covid-19 en fonction des matériaux sur lequel il se trouve - Visactu
Durée de vie du Covid-19 en fonction des matériaux sur lequel il se trouve © Visactu - Visactu

8h05 : Un TGV médicalisé va transférer une vingtaine de patients alsaciens vers des hôpitaux de l'ouest de la France. Une première en France en temps de paix. Vous pouvez vous faire une idée de l'aménagement de ce train dans notre vidéo.

7h50 : Véronique Guillotin, conseillère régionale et sénatrice (Parti Radical) de Meuthe-et-Moselle, est notre invitée ce matin. Médecin de formation, elle a repris du service à l'hôpital de Mont-Saint-Martin pour renforcer les effectifs. Elle intervient dans une unité Covid-19, au contact donc de patients testés positifs ou en attente de leurs résultats. Elle témoigne des difficultés des personnels soignants, "angoissés, qui ont peur pour eux et leurs familles", et qui n'ont pas le matériel en quantité suffisante pour se protéger, même si elle n'a pas été personnellement confrontée à ce problème. "On se demande tous les jours comment la journée va se passer. On n'a pas encore passé le pic" de l'épidémie. 

7h35 : Un peu d'air frais, dans cette atmosphère lourde dans laquelle on vit depuis désormais deux semaines. La chanteuse sarregueminoise Marina d'Amico, qui s'est fait connaître lors de sa participation à The Voice sur TF1, a publié une vidéo sur sa page Facebook pour soutenir les soignants d'une manière originale. Avec 32 élèves, confinés chez eux, elle a repris la chanson "A nos héros du quotidien" de Soprano. Chanson diffusée tous les soirs à 20h sur France Bleu et qui est devenue l'hymne des soignants.

7h30 : "C'est une folie". Le syndicat Force Ouvrière de l'usine ArcelorMittal de Florange dénonce la décision de la direction de reprendre la production sur le site ce jeudi. La direction l'a annoncé hier à l'issue d'une réunion de crise avec les représentants syndicaux. L'inspection du travail a été saisie.

7h20 : Il a peut-être été un peu vite en besogne... L'arrêté municipal instaurant un couvre feu à Guénange en début de semaine a été annulé, car ce n'est pas au maire de prendre ce genre de décision. Il peut en faire la demande, mais c'est à la préfecture de prendre un arrêté, avec l'aval du ministère.

7h15 : Il a fallu une quarantaine de gendarmes pour mettre fin à son coup de folie. Un habitant de Condé-Northen s'est retranché chez lui hier soir, menaçant de tuer sa femme puis de se suicider. Chasseur, en possession de plusieurs fusils, il a dit ne plus supporter le confinement. On vous raconte ce qui s'est passé.

7h10 : Comme il pouvait s'y attendre, un habitant de Creutzwald, en Moselle-Est, a été mis en examen hier pour non respect des règles de confinement et violences conjugales. Il a été verbalisé quatre fois en quelques jours, pour non détention de l'attestation dérogatoire de déplacement. Laissé libre sous contrôle judiciaire, il sera jugé en mai à Metz.

7h : un restaurateur de Sainte-Marie-aux-Chênes propose des repas à destination des routiers, qui ont du mal à trouver de quoi manger en ce moment, à cause du confinement et de la fermeture des restaurants. Reportage à retrouver ici.

6h45 : Colère et écoeurement à Marange-Silvange. Quelques jours à peine après la collecte nationale, et en pleine crise sanitaire, le local des Restos du Coeur a été cambriolé. De la nourriture a été volée.

6h30 : L'hôpital Robert-Pax de Sarreguemines sous tension. L'établissement peut accueillir une centaine de patients du coronavirus, et déjà 80 lits sont occupés, dont une vingtaine en réanimation. Mais le personnel soignant est également victime de la maladie : sur une centaine de tests réalisés, plus d'un tiers sont revenus positifs.

Pour pallier le manque de respirateurs, l'hôpital a dû en commander sur eBay. La livraison de trois appareils est attendue dans les prochains jours.

Respirateurs mis à disposition du CH de Vesoul - Radio France
Respirateurs mis à disposition du CH de Vesoul © Radio France - Clinique Saint Martin de Vesoul

6h25 : Emmanuel Macron s'est rendu à Mulhouse, hier, pour visiter l'hôpital militaire éphémère qui doit soulager les services de réanimation alsaciens saturés. Il a annoncé un grand plan pour l'hôpital, avec des primes exceptionnelles pour les personnels soignants et les fonctionnaires mobilisés pendant cette crise sanitaire.

6h15 : l'Agence régionale de santé (ARS) a communiqué le dernier bilan de l'épidémie de coronavirus dans le Grand Est. Il y a à ce jour 3.068 personnes hospitalisées, dont 651 en réanimation, soit 56 de plus qu’hier. Depuis le début de la crise, 506 personnes ont succombé dans notre région.

A noter aussi, la sortie de l'hôpital de 774 patients dont l'état de santé était rassurant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu