Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le prix des masques chirurgicaux plafonné à 95 centimes, pas de limite pour les masques textile

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le prix des masques chirurgicaux qui seront vendus dans les commerces dans le cadre du déconfinement sera plafonné à 95 centimes d'euro l'unité. Mais il n'y aura pas de plafond pour les masques textile, a annoncé vendredi la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Agnès Pannier-Runacher.

Une pharmacienne tendant un masque à vendre (illustration)
Une pharmacienne tendant un masque à vendre (illustration) © Sipa - Romain Longieras / Hans Lucas

Combien vont coûter dans les commerces les masques pour lutter contre la propagation du coronavirus ? Les pharmacies et les bureaux de tabac peuvent d'ores et déjà les vendre au grand public, ce sera le cas le 4 mai pour les supermarchés. À partir du 11 mai, date du déconfinement progressif, le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun ou dans certains établissements scolaires.

95 centimes d'euro maximum le masque chirurgical

Après avoir consulté la Direction générale de la concurrence (DGCCRF), "J'ai pris deux décisions. La première est de plafonner le prix des masques en papier à usage unique de type chirurgical, qui ne pourra pas dépasser 95 centimes d'euro par masque", a déclaré la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Agnès Pannier-Runacher sur RTL.  

Pour les masques tissu grand public, pas d'encadrement des prix pour l'instant, car "comparer les prix ne serait pas légitime", tant il existe de masques de qualités différentes, a-t-elle assuré.

Comparer le prix des masques en textile réutilisables "ne serait pas légitime"

Elle a justifié la décision de ne pas encadrer le prix des masques tissu par le fait que "l'offre est beaucoup moins homogène que celle des masques chirurgicaux". Et de préciser :"Vous pouvez avoir des masques en tissu qui sont utilisables une fois, et d'autres qui sont utilisables plus de 40 fois. Donc comparer les prix ne serait pas légitime. En revanche, nous devons nous assurer que les marges réalisées par les distributeurs restent contraintes et raisonnables".

"Vous devez pouvoir trouver sur le marché" des masques en tissu dont le prix, rapporté au nombre d'usages possibles, est "de l'ordre de 30 centimes" par usage pour des modèles "très sobres et avec une bonne qualité de filtration".

Mais "on va faire des enquêtes chaque semaine, avec des relevés de prix, circuit de distribution par circuit de distribution, et on va s'assurer qu'il n'y ait pas de dérive des marges. Et si effectivement on s'aperçoit qu'il y a une dérive, alors on prendra un arrêté de plafonnement", a-t-elle expliqué.

Masques en textile de qualité très différente

Ces masques tissu doivent avoir "des propriétés de filtration garanties, de 70 à 90% des molécules de plus de 3 microns", a souligné la secrétaire d'Etat. Ils sont "le plus souvent lavables et réutilisables".

"Mais on a beaucoup de masques qui arrivent sur le marché, d'origines très différentes, de qualité de facture très différentes, les matières sont différentes. Le fabriqué en France est un peu plus cher que le fabriqué à l'étranger, et moi je souhaite que les Français qui le souhaitent puissent acheter du fabriqué en France", a-t-elle argumenté.
 

"Et puis vous avez des modèles différents, qui vont de masques de filtration avec une certification très simples à des produits qui sont quasiment de haute couture", a-t-elle précisé.

60 millions de consommateurs dénonce ces prix

"C'est exorbitant 95 centimes. Alors évidemment, avant la crise, j'ai été regardé les prix qui étaient pratiqués, c'était 10 fois moins", a fustigé ce vendredi sur franceinfo Lionel Maugain, journaliste pour le magazine 60 millions de consommateurs et auteur d'une enquête parue jeudi 30 avril dans le magazine sur le prix des masques. 

Pour lui le prix plafond des masques chirurgicaux est beaucoup trop élevé. L’impossibilité de se déplacer pour faire jouer la concurrence et baisser les prix va engendrer des abus selon le journaliste.

-
- © Visactu - -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu