Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le protocole sanitaire dans les écoles va être assoupli dans les prochains jours

-
Par , France Bleu

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce jeudi que le protocole sanitaire dans les écoles va être assoupli dans les prochains jours. Un enseignant de maternelle ou d'élémentaire masqué qui a côtoyé un élève positif au coronavirus ne devra plus être renvoyé chez lui.

Le protocole sanitaire dans les écoles va être allégé dans les prochains jours.
Le protocole sanitaire dans les écoles va être allégé dans les prochains jours. © Maxppp - Darek Szuster

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce jeudi, lors de son point hebdomadaire, que le protocole sanitaire dans les écoles et les crèches va être allégé "dans les tous prochains jours". 

Les "nouveaux éléments" sur ces questions de transmission par les enfants "vont nous permettre dans les tout prochains jours d'assouplir le protocole sanitaire dans les écoles", avait poursuivi le ministre de la Santé, sans autre précision.

"Le risque de transmission existe surtout d'adulte à adulte et d'adulte à enfant et rarement d'enfant à enfant ou d'enfant à adulte" Haut conseil pour la santé publique

Dans un avis rendu ce jeudi, le Haut conseil pour la santé publique (HCSP), instance qui guide les décisions du gouvernement, avait jugé qu'un enseignant de maternelle ou d'élémentaire portant un masque qui a côtoyé un élève non masqué positif au Covid-19 ne devait plus être considéré comme un cas contact ni renvoyé chez lui, s'appuyant sur le fait "que les enfants sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la transmission du SARS-CoV-2". "Le risque de transmission existe surtout d'adulte à adulte et d'adulte à enfant et rarement d'enfant à enfant ou d'enfant à adulte."

Cette préconisation va conduire le gouvernement à adapter le protocole sanitaire, ce qui pourrait éviter certaines fermetures de classes puisque l'enseignant ne serait pas envoyé à l'isolement dans ce cas-là.

Ce jeudi, le ministre de la Santé Olivier Véran avait déjà cité l'avis du HCSP pour justifier le fait que les adultes en crèche devraient désormais porter le masque en présence des enfants, pour éviter de les contaminer. En France, le masque est obligatoire à l'école pour les enfants à partir du collège (11 ans). En maternelle, seuls les adultes le portent.

La bonne formule n'est pas d'alléger le protocole" Ghislaine David, co-secrétaire générale du Snuipp-FSU

Ce vendredi sur franceinfo, Ghislaine David, co-secrétaire générale et porte-parole du Snuipp-Fsu, premier syndicat du primaire, a dénoncé sur franceinfo une "décision catastrophique pour l'école" : "La bonne formule n'est pas d'alléger le protocole. Partout ailleurs, on renforce les mesures. Le risque c'est que la contamination se propage dans une classe ou dans l'école sans qu'on le sache puisque l'on sait que certains élèves sont asymptomatiques", a-t-elle ajouté.

Si les formes graves du virus sont rares chez les enfants, elles sont plus courantes chez les adultes : "Il y a une forte inquiétude chez les enseignants", a ajouté Ghislaine David. "Nous avons des écoles à Marseille où tous les enseignants sont malades", a-t-elle affirmé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess