Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le Quai d'Orsay demande aux Français de ne pas se rendre en Italie

-
Par , France Bleu Azur

Le Quai d'Orsay demande aux Français de respecter les mesures prises par l'Italie. Un rappel fait par le préfet des Alpes-Maritimes ce mardi. Il est vivement déconseillé de se rendre chez nos voisins italiens sous peine de sanctions, excepté pour des raisons professionnelles.

Coronavirus affiche dans un centre commercial (Photo d'illustration)
Coronavirus affiche dans un centre commercial (Photo d'illustration) © Radio France - Annaïg Haute

Le ministère des affaires étrangères demande aux Français de ne pas se rendre en Italie. Sauf si ces déplacements ont un caractère professionnel ou médical. "Il peut arriver qu'un frontalier soit soigné régulièrement côté italien. Donc là, bien évidemment,t on peut continuer d'aller en Italie. Pareil pour ceux qui ont de la famille très proche".

Jean-Gabriel Delacroy le directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes poursuit : "Par contre, les déplacements touristiques et de loisirs n'ont plus lieu d'être parce que l'Italie a pris une réglementation très stricte". Le chef du gouvernement Giuseppe Conte a résumé son décret en une phrase : "je reste chez moi". 

"Sans quoi, ils peuvent s'exposer à des amendes, à des peines de prison. Jusqu'à trois mois de prison."

Le préfecture des Alpes-Maritime tient à informer les azuréens qui peuvent s'exposer à des sanctions. Des contrôles systématiques sont organisés par endroits, comme les grandes gares. Mais aussi des contrôles aléatoires. "Il faut donc qu'ils puissent justifier de la régularité de leurs déplacements. Sans quoi, ils peuvent s'exposer à des amendes, à des peines de prison. Jusqu'à trois mois de prison. Evidemment il y aura du discernement dans la mise en oeuvre de ces sanctions mais voilà c'est du sérieux", conclut Jean-Gabriel Delacroy. 

Pas de contrôles en France 

En revanche, rien n'empêche un ressortissant italien de venir sur le territoire français. Les autorités françaises n'organisent pas de contrôles spécifiques. "Au-delà du contrôle aux frontières que nous exerçons dans le cadre de la lutte contre l'immigration clandestine. Pour le reste, la situation pour nous n'a pas changé_"_, confirme Bernard Gonzales, le préfet des Alpes-Maritimes. 

Difficile de se rendre en Italie par les transports en commun 

Plusieurs compagnies aériennes suspendent leur vols en direction de l'Italie : Air France, Bristish Airways ou encore Ryan Air. Mais la compagnie Alitalia maintient ses vols quotidiens au départ de Nice et en direction de Rome. 

La compagnie de train Thello annule trois aller-retours Nice-Milan par jour. Aucune modification du côté de la SNCF : 32 TER desservent toujours Vintimille, avec une capacité de 30.000 passager par jours. Ces trains sont empruntés par les travailleurs transfrontaliers. La principauté de Monaco indique que 4.200 travailleurs italiens peuvent toujours venir travailler dans la Principauté, en passant par la France. 

Enfin, les routes entre l'Italie et la Côte d'Azur ne sont pas fermées. L'opérateur Flixbus a néanmoins interrompu toutes ses liaisons par autocar depuis Nice vers l'Italie. Et ce jusqu'au 3 avril. "Au delà, nous envisagerons clairement le recours au chômage partiel", prévient Paul Rocca, gérant d'Azur Evasion qui travaille pour Flixbus.  Les conducteurs qui travaillent sur ces lignes sont pour l'instant redéployés sur d'autres activités de l'entreprise. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess