Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le Royaume-Uni achète 60 millions de doses à un laboratoire de Saint-Herblain

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

C'est un peu la surprise de cette course aux vaccins contre le Covid-19. Le Royaume-Uni vient d'acheter 60 millions de doses à un laboratoire de Saint-Herblain (Loire-Atlantique). L'Union européenne est en discussion pour obtenir ses premières doses en 2022.

Les chercheurs du laboratoire de Valneva en Loire-Atlantique viennent de passer un accord avec le Royaume-Uni.
Les chercheurs du laboratoire de Valneva en Loire-Atlantique viennent de passer un accord avec le Royaume-Uni. © Radio France - NINA VALETTE

Alors que l'Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin, pas assez efficace, un laboratoire de Saint-Herblain est en course pour lutter contre le Covid-19. "Valnéva", vient de passer un marché avec le Royaume-Uni pour fournir les premières doses en 2021, une fois les essais cliniques validés. L'Europe, négocie a son tour, pour acheter des vaccins qui devraient arriver début 2022. 

La France passe à côté de son vaccin ?

La start-up Valnéva, qui a son siège social en Loire-Atlantique, se présente avant tout comme une entreprise européenne. "On a des installations pour le développement clinique en Autriche, la production du vaccin en Ecosse puis la mise en flacon en Suède", souligne Franck Grimaud, directeur de Valnéva à Saint-Herblain.

Selon lui, c'est pour cela que le Royaume-Uni s'est positionné en premier pour obtenir au plus vite les premières doses. Le vaccin devrait être enregistré sur le territoire à l'automne. Pour l'Europe, l'entreprise attend la validation de l'Agence européenne. "Nous sommes en cours de finalisation d'un accord pour l'Union européenne", précise Franck Grimaud. Des discussions pour, notamment, définir la quantité de vaccin nécessaire pour l'Europe.  

L'Union européenne négocie actuellement pour avoir des doses en janvier 2022.
L'Union européenne négocie actuellement pour avoir des doses en janvier 2022. © Radio France - NINA VALETTE

60 millions de doses seront livrées au Royaume-Uni en 2021. - Franck Grimaud, directeur de Valnéva

Le Royaume-Uni joue un rôle important dans la fabrication du vaccin. "Il se trouve que notre unité de production est basée en Ecosse pour d'autres vaccins. Le Royaume-Uni a considéré qu'il était important de nous financer. Cela va d'ailleurs bénéficier à d'autres pays en Europe. Ils ont cru depuis le départ à ce vaccin désactivé", insiste Franck Grimaud qui ne veut surtout pas sous-entendre que la France passe à côté de son vaccin. 

Un virus "désactivé" ou "inactivé"

Pour mettre au point ces doses, les chercheurs de Valnéva, ont pris l'option du vaccin inactivé. "Même si c'est plus long, nous avions constaté qu'aucun projet ne prenait en compte cette possibilité. On s'est dit que c'était intéressant d'avoir aussi un vaccin inactivé dans le portefeuille de vaccins disponibles dans le monde. Nous avons sélectionné une source virale, que l'on a fait venir de plusieurs pays différents et nous avons constitué une banque virale dans les laboratoires à Nantes. Cette banque a été envoyée en Ecosse pour la production de la matière active", explique le directeur du site en Loire-Atlantique. 

L'avantage de ce vaccin, c'est qu'il peut se conserver dans un réfrigérateur comme pour celui de la grippe. "Ça a un intérêt pour les pharmacies, les médecins, mais aussi pour les pays en développement qui n'ont pas de structures pour conserver des doses à -80 degrés. C'est aussi un vaccin très sûr, puisqu'il est connu depuis 70 ans. Il peut-être adressé aux enfants, aux personnes âgées, aux femmes enceintes, ou encore aux personnes immuno- supprimées", ajoute Franck Grimaud, le directeur de Valnéva.

Un vaccin qui nécessite deux injections espacées de 22 jours. Il faudra étudier si un rappel est toutefois nécessaire à l'avenir.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess