Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le seuil de vigilance dépassé en Seine-Saint-Denis, Paris est à la limite

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les départements d'Île-de-France ne sont pas tous égaux face à l'épidémie de coronavirus : la Seine-Saint-Denis et Paris sont beaucoup plus touchés que les autres. Ainsi, dans la semaine du 6 au 12 juillet, la Seine-Saint-Denis a dépassé le seuil de vigilance et Paris l'a avoisiné.

Un laborantin effectue un test de dépistage du coronavirus avec un écouvillon sur une habitante de Villerupt (Meurthe-et-Moselle) le vendredi 19 juin (illustration).
Un laborantin effectue un test de dépistage du coronavirus avec un écouvillon sur une habitante de Villerupt (Meurthe-et-Moselle) le vendredi 19 juin (illustration). © Radio France - Marc Bertrand

L'Île-de-France est très diversement touchée par l'épidémie de coronavirus et les derniers jours ont vu le virus accélérer sa diffusion à Paris et en Seine-Saint-Denis, selon les données de Santé publique France. Ainsi, entre le 6 et le 12 juillet, la Seine-Saint-Denis a dépassé le seuil de vigilance. Quant à Paris, elle flirte avec ce seuil et se trouve juste en-dessous. Les autres départements sont bien moins touchés. 

Le taux d'incidence en forte hausse à Paris

Avec un taux d'incidence à 10,1 pour 100 000 habitants, la Seine-Saint-Denis a franchi le seuil de vigilance du coronavirus, après avoir flirté avec lui depuis le début du mois de juillet. Ainsi, dans la semaine du 6 au 12 juillet, 168 personnes ont été testées positives au coronavirus, parmi lesquelles une vingtaine à Saint-Ouen, où un foyer épidémique a été détecté à l'école Anatole-France. Un dépistage a permis de tester 400 personnes par la suite. Ce seuil n'avait pas été franchi depuis la mi-mai. 

Si elle ne franchit pas le seuil de vigilance, Paris se rapproche de la ligne rouge, avec un taux d'incidence à 9,9. Dans le département, 212 personnes ont été contaminées entre le 6 et le 12 juillet. La capitale voit d'ailleurs sont taux d'incidence monter en flèche depuis la fin du mois de juin. "J'ai des signaux d'attention particulière en provenance de certains hôpitaux parisiens", confirmait d'ailleurs Olivier Véran, le ministre de la Santé, sur France Inter jeudi 16 juillet, évoquant "des signaux faibles de reprise épidémique".

La Seine-et-Marne et l'Essonne sous le taux national

Dans les autres départements de l'Île-de-France, la situation est beaucoup plus modérée, même si deux départements seulement sont en-dessous du taux d'incidence national, évalué à 5,7 : il s'agit de la Seine-et-Marne, qui enregistre le taux d'incidence le plus faible (4,1), et de l'Essonne, qui se rapproche du taux national avec 5,2. 

Les autres départements se situent dans une moyenne et présentent des taux relativement similaires : 7,0 pour les Yvelines, 7,4 pour le Val-de-Marne, 7,9 pour le Val-d'Oise et 8,2 pour les Hauts de Seine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess