Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le syndicat des sages-femmes réclame une prime exceptionnelle en Bourgogne

-
Par , France Bleu Bourgogne

Dans un communiqué publié ce mardi 7 avril, l'UNI Bourgogne réclame le même traitement que les autres étudiants ou professionnels de santé. Les sages-femmes sont en effet également réquisitionnés dans le cadre de la lutte contre le coronavirus Covid-19.

sage-femme - illustration
sage-femme - illustration © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Aux vues de la crise sanitaire que nous vivons depuis plusieurs semaines, de nombreux étudiants de la filière maïeutique/sages-femmes sont actuellement réquisitionnés pour aider dans les hôpitaux à la gestion de celle-ci. L'UNI Bourgogne constate que la région Bourgogne Franche Comté a annoncé vendredi dernier une prime de 1200 euros pour les étudiants soignants des filières aide-soignant, ambulanciers, infirmiers et masso-kinésithérapeutes. Par ailleurs, le CHU a augmenté exceptionnellement la rémunération des étudiants en médecine engagés dans la gestion de la crise. Or les sages femmes ne sont concernées par aucune de ces décisions. 

Même réquisition, même reconnaissance salariale

C’est pourquoi l’UNI Bourgogne ainsi que le Collectif des Etudiants en Santé réclament que les étudiants de la filière maïeutique/sages-femmes bénéficient de la même reconnaissance salariale que les autres étudiants soignants. Actuellement, seuls les étudiants en quatrième et cinquième année de maïeutique bénéficient respectivement d’une rémunération mensuelle brute de 126,60 euros et de 251,40 euros. Les étudiants de deuxième et troisième année, eux, ne bénéficient d’aucun contrat de travail et d’aucune rémunération pour leur engagement volontaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu