Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Le système de soin francilien va tenir le choc", selon le président du Conseil scientifique

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La France est dans sa quatrième semaine de confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus. La circulation du virus commence à se réduire assure le président du Conseil scientifique.

Les soignants de la clinique Saint-Germain
Les soignants de la clinique Saint-Germain © Maxppp - Alexis Sciard

En France, 10 328 personnes sont mortes du coronavirus selon un dernier bilan publié mardi. Les régions les plus touchées sont le Grand Est et l’île-de-France. Mais la situation s'améliore. "L'Est vient de passer ce cap et sur la région parisienne on est juste à la limite", a déclaré ce mercredi sur franceinfo Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique et immunologiste.

Le virus circule moins

En Île-de-France, "on a des premiers signes qui semblent indiquer que le nombre d'admissions dans les lits en service de réanimation est en train de se stabiliser. Il faut être très prudent là-dessus, mais on a l'impression que le système de soins offert va tenir le choc en région parisienne grâce à l'effort des soignants et aux transferts."

Après trois semaines de confinement, "le niveau de circulation du virus dans sa globalité s'est réduit. C'était le deuxième objectif du confinement, le premier était de réduire les formes graves", a expliqué Jean-François Delfraissy. Les médecins sont partis du principe que chaque personne malade contaminait trois personnes en moyenne. "Il faut qu'on descende à quelque chose entre 0,5 et 1. On n'a pas l'ensemble des données, mais on sait que c'est en train de diminuer." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess